Avertir le modérateur

mercredi, 05 novembre 2008

Le pays où les étudiants dorment dans des caves

Je vous invite, si vous êtes ce soir devant votre télé, à regarder M6, pour une fois. "66 minutes" consacre une enquête au logement des étudiants, et loin des poncifs, ça vous fout un grand coup dans la gueule.

Ca n'a rien de nouveau : depuis des années, les étudiants galèrent pour se loger et subvenir à leurs besoins les plus élémentaires, payer leurs études, vivre. En froid avec leurs parents, ou issus de familles à très faibles revenus, ils n'ont droit qu'à quelques centaines d'euros en guise de bourse (dans les 400 euros il me semble).

Quelles solutions ont-ils ? Au mieux, et quand ils sont riches, la colocation. Au pire, la cave. Payée tout de même 150 euros dans un quartier chic de l'ouest parisien, d'après le reportage qui a suivi un étudiant de Sciences-Po.

Certains travaillent la nuit, dans un péage, pour faire le ménage de bureaux. D'autres squattent, carément, avec l'aide de l'association Jeudi Noir, des bureaux de 1500m² complètement vides, à l'insu des flics.

D'autres encore, peuvent se laisser convaincre par ce nouveau type d'annonce sordide, le "loue studette contre pipe" : en clair, l'échange d'appart contre du sexe.

Bref...Comment voir ça et ne pas hurler, proclamer que c'est la goutte et qu'il faudrait une bonne révolution pour foutre tout ça par terre ? Certes, c'est peut-être naïf, utopiste, mais vaut-il mieux être cynique, et accepter que l'on trouve si facilement 360 milliards d'euros (c'est la contribution de la France au plan de sauvegarde européen) pour sauver les banques et les actifs du CaC40, alors que des étudiants se prostituent ou acceptent de vivre dans de vraies caves insalubres parce qu'ils n'ont que 300 euros pour vivre ?

Comment faut-il réagir également, quand vous entendez votre patron dire "je préfère que Sarkozy continue de polluer -avec ses voyages en avion à tire-larigot- mais qu'il résolve la crise financière" ? Sans doute trouverait-il normal également qu'il laisse pourrir dans des caves l'avenir de notre pays -ses jeunes-, mais qu'il résolve la crise ? Et combien de nantis comme lui, bien assis confortablement sur leurs actifs et leurs actions, qui ont sans doute voté pour Sarkozy, combien sont-ils à penser la même chose ?

En regardant ce genre d'enquête, très éclairante, on en ressort avec un vrai sentiment de honte. Aujourd'hui les Américains sont de nouveau fiers de leur pays. Je ne peux qu'avoir honte du nôtre, et franchement je ne sais pas où l'on pourrait trouver de l'espoir aujourd'hui en France.

Décadence est mère de la Révolution

Il y flotte un vrai parfum de décadense, d'abrutissement. Les riches s'enrichissent et gaspillent toujours plus, tandis que les pauvres le sont toujours davantage, et que les classes moyennes le deviennent. Quand on pousse la télé, la radio, les enceintes, l'hymne national à tue-tête, c'est comme si l'on cherchait à se boucher les oreilles.

Si pour vous, ça ne ressemble pas à s'y méprendre à une certaine année 1789, pour moi ça y ressemble méchamment. Le roi en son palais avec sa cour qui lui masque les réalités du monde, une société qui gronde...Si seulement tout pouvait se terminer de la même manière, par une bonne révolution, je ne pense pas que ce serait ce qui pourrait arriver de pire au pays.

Si les Américains vivent un événement comme celui d'hier, c'est qu'il existe encore chez eux, malgré tous leurs défauts et toutes leurs peines, un sentiment d'unité, de nation, qui n'existe plus chez nous. On confond trop la nation avec le nationalisme et l'extrémisme. En pensant au terme "nation", je pense à la Révolution et à 1789, à Valmy et à l'espoir des sans-espoirs qui ont renversé un monde en place depuis plus de 1000 ans.

Finalement, tout est possible : est-ce qu'il y a 40 ans on aurait cru qu'un métis pourrait devenir président ? Est-ce qu'on croyait possible, en 1788, que les privilèges soient abolis et que tout le monde puisse devenir quelqu'un sans passer par la naissance ? Songez à cette femme noire de 106 ans, citée par Obama dans son premier discours, songez à ce qu'elle a pu connaître comme évolution de l'histoire de son pays. Dans un sens, c'est comme si elle avait connu deux siècles d'histoire dans toute sa vie.

Ces miracles-là se sont pourtant produits. La France un jour a changé le cours de son histoire, a fait évolué le monde. Aujourd'hui que le monde évolue, va t-il le faire sans elle ?

Je n'ai pas de solution, pas de réponses, que des questions, mais franchement ce soir, alors que comme la plupart d'entre nous, ce qui se passe aux Etats-Unis me réjouit, ce soir j'ai vraiment la rage et envie que ça change.

 

Parlez-en ! :

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu