Avertir le modérateur

vendredi, 24 avril 2009

Wolverine loupe la sortie "bad guy"

19065428_w434_h_q80.jpgAvec "Wolverine", on pouvait s’attendre à un film quelque peu profond. S’il y a un personnage intéressant dans « X-Men », c’est bien notre poilu préféré. Les fans du comics seront peut-être un peu déçus, mais les groupies peuvent se rassurer : Hugh Jackman n'a jamais été aussi musclé et moulé dans ses marcels blancs.

Au début du film, on se dit que c’est plutôt bien parti. Loin des scénarios manichéens opposant les mutants aux humains, nous avons affaire là à un duel à mort entre deux frères, sur fond d’expérimentations et de manipulations. L’essentiel est atteint, nous en apprenons plus sur Wolverine, d’où lui vient son cynisme, son mal être et bien sûr ses fameuses griffes.

Las, l’état de grâce ne dure pas longtemps.

Seul problème : je ne suis pas une grande experte du comics, mais il me semble qu’avant de rejoindre les X-Men (période qui est le sujet du film), notre Wolvie n’était pas très fréquentable…Plutôt du genre bad boy violent et ambivalent que héros sympatoche qui libère ses frères mutants…

Les quelques bonnes idées ou interventions sont salopées par des lourdeurs ridicules comme le combat final, et quand on connaît le comics, on se dit que le Gambit du film n’a pas vraiment la classe avec ses cartes Magic…19071447.jpg

OK, c’est un film fait pour les fans ? Et les autres alors ? Marre du sectarisme !

Fin un peu conventionnelle, mais jolie transition en toute fin de générique…Je vous laisse découvrir, les amateurs du comics apprécieront, et les autres se délecteront de la philosophie.

Cependant, arrivés à la fin, on se dit finalement que la trame du film est inversement proportionnelle au squelette d’adamantium du héros : beaucoup trop légère pour tenir la route.

jeudi, 23 avril 2009

X-Men : Nuit Magique le 28 avril au Grand Rex

901625575.jpgLa veille de la sortie officielle de "X-Men Origins : Wolverine", (le 29 avril donc), vous aviez déjà prévu, en bon fan ultime, de vous refaire une totale X-Men, rétrospective des trois premiers opus, bien installé dans votre fauteuil à bascule, entouré de vos meilleurs potes et paquets de chips. Laissez tomber, ça, c'est...cheap.

Le Grand Rex a pensé à vous, et sur le modèle des "Nuits Star Wars", il vous propose, le mardi 28 avril, une rediffusion sur grand écran, en français (too bad), des trois premiers X-Men, suivis à minuit de l'avant-première du spin-off sur notre poilu préféré. 

 

Les horaires :

X-Men 17h30

X-Men 2 19h00

X-Men 3 22h

Wolverine Minuit (l'heure des loups-garous quoi).

Moyennant finances bien sûr tout ça...

Avec un tarif dégressif : vous n'aimez que Wolverine (enfin, Hugh), ça ne vous coûtera que 10 euros.

Vous êtes un peu flemmard, l'épisode 3 et Wolverine vous suffisent, 13 euros les amis.

Plus gourmands : épisode 2 et 3 + Wolverine : 16 euros.

Enfin, le top of the pops, pour les fans ultimes, l'intégrale + Wolverine : 19 euros.

Annoncé "pour tous les fans" : la plaque militaire de Wolverine offerte. Alors, je ne sais pas si les fans de 23h seront mangés à la même sauce que ceux de 17h30...

Et enfin, pour ceux qui ne pourront pas se rendre à ce grand événement...

Un petit détour par le photocall de Hugh Jackman ? C'est par ici.

Et très vite, promis, la critique du film ! 

mercredi, 22 avril 2009

Antoine et Cléopâtre enfin mis à nu ?

lizt_burton_.jpgSi vous me dites que les deux amants les plus célèbres de l'histoire de l'humanité sont Brad Pitt et Angelina Jolie, ça va mal aller. Sans avoir beaucoup de culture, et même sans avoir lu Shakespeare, il est de notoriété publique que le monde entier fantasme depuis 2000 ans sur un couple, un seul, qui fascine et ne cesse de susciter des questions : Marc-Antoine et Cléopâtre.

Morts aux alentours de 30 avant Jésus-Christ, avant l'avènement de l'empire romain, Antoine et Cléopâtre sont entrés dans l'histoire en laissant derrière eux un parfum de soufre, de sang et de sexe, mêlé aux affres du pouvoir et de la domination, tant territoriale que passionnelle.

Dernière reine d'Egypte, maîtresse de César puis d'Antoine, rêvant d'unir l'Orient et l'Occident sous son sceptre, en s'alliant avec Rome, Cléopâtre est restée dans l'imaginaire collectif comme le symbole même

2991134475_7d483132d7.jpg

 de la femme séductrice, manipulatrice et redoutablement intelligente. Général romain de grande envergure, rival d'Octave à Rome, Marc-Antoine est tombé dans ses filets de bon gré et rêva avec elle de devenir un nouvel Alexandre. Suite à la bataille d'Actium face à Octave, Antoine se suicide en pensant Cléopâtre morte, et celle-ci le rejoint très vite, évitant la honte d'être traînée derrière le char de son ennemi à Rome.

Depuis, la légende enfla, nourrie par les pamphlétaires romains, la littérature, la poésie, et bien plus tard le cinéma. Personne ne sut jamais où les amants furent enterrés à Alexandrie. 

Jusqu'à aujourd'hui : car récemment, des archéologues égyptiens auraient peut-être trouvé la dernière demeure du couple, dans un ancien temple d'Alexandrie, et non dans le palais de Cléopâtre, aujourd'hui sous les eaux.

Voici un reportage sur place fait par CNN, suivi d'un autre, assez comique, sur la popularité d'Antoine et Cléopâtre plus de 2000 ans après leur mort :

lundi, 20 avril 2009

Comment Airbourne a sauvé le rock

airbourne7.jpgOn pensait être condamné à se faire chier aux concerts de rock, on errait l'âme en peine aux Puces de Saint-Ouen à la recherche de vieux 33 tours qui nous rappeleraient ses grandes heures, bref, on pensait que tout ça, la sueur, la testostérone et les bons riffs agressifs, c'était du passé. "Let there be rock" les gars ! Le 4 juillet aux Eurockéennes, vous aurez la possibilité de voir sur scène ceux qui l'ont ressuscité : les Australiens d'Airbourne viendront foutre le feu sur le Territoire.

Oyez, brave gens! Mille fois mort et ressuscité, le Rock nous ressert une tournée générale. Ce n'est pas cette fois de Seattle, Londres ou Memphis, mais d'un bled pourri d'Australie que nous vient la bonne nouvelle. Le choc est rude pour les petits branleurs Versaillais en slim, repettos, et mèche sur le côté : en rock comme en religion, le Messie n'advient pas dans la soie, mais dans la paille et le purin frais.

Divine surprise d' une scène rock agonisant sous les riffs poussifs de Franz Ferdinand et la trashitude sans talent de Pete Doherty, les wallabies Airbourne semblent avoir retrouvé par hasard, coincée dans sous un vieil ampli à lampes une vieille recette perdue depuis la mort de Bon Scott. Je veux parler du pur Boogie-rock, cette transe jouissive qui allume les tympans, éteint le cerveau... Et réveille en moins de deux un besoin irrépressible de boire, se défoncer, hurler à la lune ou forniquer jusqu'au petit jour avec toute créature bien disposée...

Dès les premières secondes de « Running Wild », le titre éponyme de leur premier album, on sait que les p'tits gars d'Airbourne ont tout ce qui nous manquait tant dans le rock ces dernières années : une authentique ardeur juvénile servie par une rythmique supersonique et les riffs surpuissants du chanteur guitar-héros Joël O'Keefe...bref un concentré d'énergie-rock complètement bluffant d'efficacité. Forcément on succombe. Forcément on n'est pas objectif quand les pisse-froid se lèvent en choeur pour critiquer.

 

Car j'entends d'ici s'insurger les rabat-joie de tout poil, intellos du rock et procureurs en branchitude patentés : « Airbourne sonne comme AC/DC il y a trente ans. C'est juste un vieux trip revival à la The Darkness, un groupe-hommage sans originalité... » Certes. On s'en fout. On en veut encore, Et allez vous faire cuire le cul avec les Babyshambles, les BB Brunes et les Artic Monkeys!

D'ailleurs, les experts, les vrais, ne s'y trompent pas. Dans son clip Lemmy himself (bassiste de Motörhead) parraine les quatre allumés. Assis, hiératique au volant d'un camion fou lancé comme une fusée, le bassiste-biker gallois nous dit par son patronnage ce qu'on avait déjà deviné. Taisez-vous et écoutez. La réponse est dans le boogie diabolique de ces quatre petits cons de Victoria. Bravo les gars, et comme disait le poète : « For those about to rock, we salute you! »

Aurélien Perol

Plus d'infos :

Le site officiel des Eurockéennes

Le site officiel d'Airbourne

vendredi, 17 avril 2009

Hugh Jackman à Paris : simplement mortel

05.jpgY'a pas à dire : le grand écran grossit. Tout. Non seulement les points noirs et les poils dans les oreilles, mais aussi l'aura, le charisme, la fascination des gens. Il y a des stars sympas, certes, mais quand on n'a pas l'opportunité de leur parler, on a l'impression de simplement contempler une belle statue, ou un automate qui fait son show. Un bel homme, quoi, mais pas encore une légende.

A l'heure où je vous parle, Hugh Jackman a déjà fait un passage éclair sur le plateau de Marie Drucker sur France 2, pour présenter son nouveau film "X-Men Origins Wolverine". Il dit aimer la littérature, la philo, la France, le vin et les croissants...Et quand il salue la journaliste à la fin de l'entretien, il la regarde droit dans les yeux en disant, en français "merci Marie". Quel homme. 

Mais deux heures plus tôt donc, vers 17h35...Eh bien Mister Hugh était venu faire ce qu'on appelle dans le métier un "photo call", un truc très con, où les photographes attendent trois plombes la star qui se fait désirer, qui ne reste que 5 minutes montre en main et autographes signés. 

Ceci dit, les moments qui ont donné les meilleures photos (vous en jugerez par vous-même) sont justement ceux où la "divine" star s'est approchée de son public. Photos, signatures, quelques mots de français, des sourires, des rires, des mains serrées, bref...Là, il montrait déjà plus l'humain en lui, même si c'est là encore, son rôle.

On mesure mal le désarroi des journalistes, photographes qui n'ont pas eu intérêt à se louper, et intervieweurs de télé qui sont restés comme des cons, le micro pendant...La star est repartie comme elle est venue. Eh les mecs, c'est pas tout ça mais j'ai le JT de France 2 à me taper, faut que je me prépare. Il est 18h.

 

11.jpg

Allez, la prochaine fois, je tâcherai de ramener trois mots en prime. 

Et sinon pour la peine (tout de même), vous pouvez voir le shooting de façon plus complète dans la section album (colonne de droite).

 

mercredi, 08 avril 2009

Siné VS Val : Hara Kiri

Il fallait bien s'attendre à ce qu'il réagisse vertement. Siné viré par Val, mais qui a plus d'un tour dans son sac, commente à sa façon la préférence élyséenne pour Val à la tête de France Inter :

 

9886_huge.jpg

Clin d'oeil malin à la vieille Une d'"Hara Kiri" qui avait valu au journal d'être banni en 1970 pour avoir osé moquer la mort du général de Gaulle...

Viré il y a quelques mois pour "un texte antisémite", Siné saisit une bonne occas de se venger. Ca ne fait sans doute que commencer...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu