Avertir le modérateur

vendredi, 17 juillet 2009

Nicolas Sarkozy achète les sondages en sa faveur

sarko.jpgSarkozy achète les sondages en sa faveur: alors que Philippe Séguin, président de la Cour des comptes, rendait publique son rapport sur les dépenses de l'Elysée pour 2008, une remarque curieuse attire l'attention.

En effet, le rapport souligne, en page 11, "une convention signée le 1er juin 2007 entre la présidence de la République, par l'intermédiaire de son chef de cabinet, et un cabinet d'études, par l'intermédiaire de son gérant, pour un coût avoisinant 1,5 millions d'euros, a soulevé plusieurs interrogations." =>> lien direct vers le rapport.

Fichtre, et comment ! Le cabinet en question est client, toujours d'après le rapport, du "Politoscope", enquête grand public "omnibus" réalisée par l'institut Opinion Way, dont les résultats sont publiés par le Figaro et LCI. Médias qui, comme chacun sait, n'ont même pas à faire partie de l'UMP pour en être les meilleurs porte-paroles. Ainsi, quelques exemples de sondages dityrambiques : Les Français plebiscitent la majorité”, "Royal distancée par Delanoë, selon un sondage", “Le gouvernement Fillon 2 plaît aux Français”, Présidentielle : Sarkozy loin devant Royal ou Aubry," (sources : Métro, le Figaro).

Très à propos, la Cour des Comptes s'étonne que l'Elysée paye, à hauteur de 10 000 euros par mois, des sondages bimensuels qui seront repris de toute façon dans la presse. Ainsi, sur 35 études payées, au moins 15 d'entre elles ont été publiées par la presse. Après épluchage, "la comparaison des résultats publiés dans la presse et de ceux remis à la Présidence ne fait pas apparaître de différence"...

Première question : est-ce que par hasard, Nicolas Sarkozy ne veillerait pas de trop près à sa communication et à son rayonnement politique auprès de l'opinion ?

Sur le blog de Ségolène Royal, Désirs d'avenir, la députée socialiste des Deux-Sèvres Delphine Batho rappelle (c'est de bonne guerre), que la candidate socialiste en 2007 avait souligné dans son livre "Ma plus belle histoire d'amour", les tripatouillages réguliers de l'institut Opinion Way, visant à soutenir Nicolas Sarkozy et à flinguer ses adversaires.

La voix de son maître

Dans un post publié hier, le même jour que la publication du rapport, Delphine Batho dénonce "un système d'instrumentalisation de l'opinion et de connivence entre le pouvoir, un institut de sondage et certains médias". Elle réclame notamment "que l'Elysée rende publique la liste précise des 15 sondages payés par la présidence de la République et qui ont été publiés par certains médias. Cela permettrait à coup sûr de revisiter les conditions de déroulement de certains débats publics où des jeux d'influence pervers s'exercent pour manipuler l'opinion.".

Chers concitoyens, pensez également que ces sondages sont payés avec l'argent du contribuable...

Deuxième question : quel est le fameux cabinet qui cire si bien les chaussures de Sarkozy? Le rapport de la Cour des comptes ne le précise pas. Mais les journalistes d'Arrêt sur Images, sur leur site Internet, lance quelques pistes. Selon leurs informations, "deux entreprises semblent bien placées pour incarner ce fameux cabinet. Elles sont toutes deux dirigées par des proches de Nicolas Sarkozy, versés dans la pratique des sondages : GiacomettiPeron, montée par Pierre Giacometti fin 2007 lorsqu'il a quitté son poste de directeur général d'Ipsos, et Publi Fact, détenue en majorité par Patrick Buisson, directeur général de la chaîne Histoire (groupe TF1), et donc subordonné de Laurent Solly, ex-directeur adjoint de campagne du candidat Sarkozy."

Le site rappelle une interview de Pierre Giacometti dans l'Express, où il ne se cache pas de participer à la stratégie de communication de Nicolas Sarkozy. Quant à Patrick Buisson, catho tradi, ancien directeur de "Minute", qui a aidé le candidat de la droite à "siphonner" les voix de de Villiers et le Pen", Nicolas admettait publiquement, comme le rappelle le Nouvel Observateur, "qu'il lui devait d'avoir été élu". Les deux hommes se connaissent depuis 1995.

L'enquête promet d'être passionnante...ou de finir dans le mur, comme d'habitude.

Au passage...L'insoutenable légèreté de l'être Carla Bruni :

2761382.jpgJuste un petit retour sur l'interview très ORTFesque de la première dame de France par l'inénarrable Jean-Claude Narcy, (qui gâtise tant qu'il parle de la "First Lavy" au lieu de la "First Lady") lors de la garden-party de l'Elysée mardi 14 juillet. On vante depuis des années l'extrême intelligence et la culture de la dame, comment elle cultive utilement notre omni-président (à grands renforts de classiques cinématographiques distillés chaque soir et de romans du patrimoine mondial, belle stratégie de com là encore). Pourtant, la platitude de ses remarques lors de cette interview officielle pouvait laisser pantois (et cela allait crescendo) :

Sur la guitare : "Non la guitare je la joue surtout chez nous, ici (dans son bureau de l'Elysée) il y a tellement de travail..."

Sur le jardin : "Le magnifique jardin...On a de la chance d'être ici, et on a de la chance avec le temps..."

Sur l'obsession de Sarkozy : "Vous savez, il n'est pas pressé, il est habité par une obsession, qui est celle de servir notre pays et d'aller au bout de ses promesses..."

Et la meilleure, sur la guerre : "C'est magnifique que tous ces hommes, tous ces avions, et toutes ses armes, finalement, soient au service de la paix, car finalement, l'armée désormais nous protège de la guerre, c'est contradictoire, car enfin ce sont des hommes courageux, et leur courage nous protège de la guerre."

Bref, il y en a à chaque réplique et jusqu'au bout de la vidéo. Carla Bruni ou le meilleur conseiller en communication de Nicolas Sarkozy...

Commentaires

Carla a appris la Marseillaise ? Je croyais pourtant qu'elle détestait les Français (comme beaucoup d'Italiens moyens) ? Ou est-ce qu'elle compte en faire sa propre version pour son prochain invendable disque : 2 minutes ... non pardon, 15 minutes au journal de Pernault. "Après Gainsbourg, Carla Bruni-Sarkozy réinterprète l'hymne national ..." (vu sa façon de chanter, il n'y aura plus beaucoup de place pour le reste sur le disque, elle devra donc faire un autre disque qu'on payera d'une façon ou d'une autre, qu'on le veuille ou non.)

La phrase de la fin est quand même assez ouf.

Écrit par : Jul | vendredi, 17 juillet 2009

Pouf....Pouf...

Écrit par : Spa | lundi, 20 juillet 2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu