Avertir le modérateur

jeudi, 04 décembre 2008

Un gamin de 10 ans veut interviewer Barack Obama

s-DAMON-WEAVER-large.jpgIl n'a que 10 ans, et déjà une petite notoriété de journaliste. Damon Weaver est un jeune garçon de Floride qui a marqué la campagne américaine, en interviewant Joe Biden, le vice-président d'Obama, pendant près de 3/4 d'heure -il a surtout tenu son dictaphone devant le politicien, mais quand même, à son âge, il faut la patience !-

Damon a charmé toute la blogosphère par son talent précoce et sa politesse, et dans un spot de 4 minutes tourné avec les moyens du bord, il annonce qu'il veut pêcher un plus gros poisson : le président Barack Obama en personne.

Damon explique qu'en tant qu'habitant de Floride, il a d'importantes questions à poser sur la politique locale, notamment sur le libre-échange et le protectionnisme (par rapport à l'exploitation du sucre de canne par exemple).

C'est le célèbre blog "Huffington Post" qui relate cette dernière trouvaille. Damon Weaver ne manque pas d'humour en plus, puisqu'il est très fier de commenter la nullité de Barack Obama au bowling...

Parviendra t-il à décrocher le scoop du siècle ? Nous tâcherons de vous tenir au courant ! En attendant, voici le fameux spot :

vendredi, 28 novembre 2008

Pas de génocide au Cambodge ? Ah ben mince...

1_83.jpgJacques Vergès aurait aimé défendre Hitler, qui aurait fait bonne figure aux côtés de son sbire Klaus Barbie ou de Slobodan Milosevic. La liste des tortionnaires et dictateurs qu'a eu à défendre le trublion de la justice française lui semble probablement trop courte.

Le trop célèbre avocat tape fort en ce moment, puisqu'il doit racheter aux yeux de la justice Khieu Samphan, ex-président du régime des Khmers rouges, instauré au Cambodge entre 1975 et 1979. Régime qui a coûté la vie à près de 2 millions de Cambodgiens, dont on peut encore voir les ossements exposés aujourd'hui. Au passage, rappelons le plaidoyer de Vergès en faveur de son client : "Son rôle était purement technique. En tant que chef d'Etat, il représentait le pays, mais il n'était pas responsable de la répression. C'est une personne affable. Il est innocent. C'était un idéaliste à la poursuite d'idées révolutionnaires". J'imagine la tête de l'accusation et du président du tribunal.

Abominable révisionniste ou cynique qui reste persuadé que "la justice est un jeu" ? Dans une interview accordée au magazine allemand Der Spiegel, Jacques Vergès émet des doutes quant à la légitimité du procès des Khmers Rouges, et ose dire "qu'il n'y a pas eu de génocide au Cambodge".

Les familles survivantes des victimes apprécieront. D'autant que comme pour les chambres à gaz ou les massacres du Rwanda, il n'est guère facile de nier l'évidence. Que faire des milliers de témoignages, des analyses de bon nombre de chercheurs ? D'autant plus qu'au massacre des Cambodgiens a présidé la même logique que pour l'extermination des Juifs, à savoir une différenciation entre les "purs" et les "impurs", l'appartenance à la catégorie proscrite menant tout droit à la mort.

Comment ne pas voir le danger de tels propos pour des coupables de crimes contre l'humanité ? S'il suffit de se trouver un défenseur pareil pour se voir absout, les génocides seront bientôt légions.

Pour se défendre, un comble, Jacques Vergès prétend avoir rencontré dans sa jeunesse, alors communiste, Saloth Sar, le futur Pol Pot : "un jeune homme qui aimait Rimbaud (...) et qui n'était pas dénué d'un certain sens de l'humour".

Créer un régime totalitaire et massacrer 2 millions de ses compatriotes...C'est vrai, je crois que depuis les Marx Brothers, on n'avait pas fait plus drôle. Et c'est vrai aussi qu'Hitler aimait beaucoup les chiens et tapoter la joue des petits enfants, après tout !

 

khmer-rouge-regime-and-genocide-in-cambodia.jpg

Share this post :

mercredi, 05 novembre 2008

Le pays où les étudiants dorment dans des caves

Je vous invite, si vous êtes ce soir devant votre télé, à regarder M6, pour une fois. "66 minutes" consacre une enquête au logement des étudiants, et loin des poncifs, ça vous fout un grand coup dans la gueule.

Ca n'a rien de nouveau : depuis des années, les étudiants galèrent pour se loger et subvenir à leurs besoins les plus élémentaires, payer leurs études, vivre. En froid avec leurs parents, ou issus de familles à très faibles revenus, ils n'ont droit qu'à quelques centaines d'euros en guise de bourse (dans les 400 euros il me semble).

Quelles solutions ont-ils ? Au mieux, et quand ils sont riches, la colocation. Au pire, la cave. Payée tout de même 150 euros dans un quartier chic de l'ouest parisien, d'après le reportage qui a suivi un étudiant de Sciences-Po.

Certains travaillent la nuit, dans un péage, pour faire le ménage de bureaux. D'autres squattent, carément, avec l'aide de l'association Jeudi Noir, des bureaux de 1500m² complètement vides, à l'insu des flics.

D'autres encore, peuvent se laisser convaincre par ce nouveau type d'annonce sordide, le "loue studette contre pipe" : en clair, l'échange d'appart contre du sexe.

Bref...Comment voir ça et ne pas hurler, proclamer que c'est la goutte et qu'il faudrait une bonne révolution pour foutre tout ça par terre ? Certes, c'est peut-être naïf, utopiste, mais vaut-il mieux être cynique, et accepter que l'on trouve si facilement 360 milliards d'euros (c'est la contribution de la France au plan de sauvegarde européen) pour sauver les banques et les actifs du CaC40, alors que des étudiants se prostituent ou acceptent de vivre dans de vraies caves insalubres parce qu'ils n'ont que 300 euros pour vivre ?

Comment faut-il réagir également, quand vous entendez votre patron dire "je préfère que Sarkozy continue de polluer -avec ses voyages en avion à tire-larigot- mais qu'il résolve la crise financière" ? Sans doute trouverait-il normal également qu'il laisse pourrir dans des caves l'avenir de notre pays -ses jeunes-, mais qu'il résolve la crise ? Et combien de nantis comme lui, bien assis confortablement sur leurs actifs et leurs actions, qui ont sans doute voté pour Sarkozy, combien sont-ils à penser la même chose ?

En regardant ce genre d'enquête, très éclairante, on en ressort avec un vrai sentiment de honte. Aujourd'hui les Américains sont de nouveau fiers de leur pays. Je ne peux qu'avoir honte du nôtre, et franchement je ne sais pas où l'on pourrait trouver de l'espoir aujourd'hui en France.

Décadence est mère de la Révolution

Il y flotte un vrai parfum de décadense, d'abrutissement. Les riches s'enrichissent et gaspillent toujours plus, tandis que les pauvres le sont toujours davantage, et que les classes moyennes le deviennent. Quand on pousse la télé, la radio, les enceintes, l'hymne national à tue-tête, c'est comme si l'on cherchait à se boucher les oreilles.

Si pour vous, ça ne ressemble pas à s'y méprendre à une certaine année 1789, pour moi ça y ressemble méchamment. Le roi en son palais avec sa cour qui lui masque les réalités du monde, une société qui gronde...Si seulement tout pouvait se terminer de la même manière, par une bonne révolution, je ne pense pas que ce serait ce qui pourrait arriver de pire au pays.

Si les Américains vivent un événement comme celui d'hier, c'est qu'il existe encore chez eux, malgré tous leurs défauts et toutes leurs peines, un sentiment d'unité, de nation, qui n'existe plus chez nous. On confond trop la nation avec le nationalisme et l'extrémisme. En pensant au terme "nation", je pense à la Révolution et à 1789, à Valmy et à l'espoir des sans-espoirs qui ont renversé un monde en place depuis plus de 1000 ans.

Finalement, tout est possible : est-ce qu'il y a 40 ans on aurait cru qu'un métis pourrait devenir président ? Est-ce qu'on croyait possible, en 1788, que les privilèges soient abolis et que tout le monde puisse devenir quelqu'un sans passer par la naissance ? Songez à cette femme noire de 106 ans, citée par Obama dans son premier discours, songez à ce qu'elle a pu connaître comme évolution de l'histoire de son pays. Dans un sens, c'est comme si elle avait connu deux siècles d'histoire dans toute sa vie.

Ces miracles-là se sont pourtant produits. La France un jour a changé le cours de son histoire, a fait évolué le monde. Aujourd'hui que le monde évolue, va t-il le faire sans elle ?

Je n'ai pas de solution, pas de réponses, que des questions, mais franchement ce soir, alors que comme la plupart d'entre nous, ce qui se passe aux Etats-Unis me réjouit, ce soir j'ai vraiment la rage et envie que ça change.

 

Parlez-en ! :

mercredi, 29 octobre 2008

Youtube est né en fait...en 1985.

On nous a menti : Youtube a démarré en 1985. C'est un fait, on a même la vidéo...Bon, certes, la technologie a changé, mais le principe est le même !

 

 

Parlez-en ! :

lundi, 27 octobre 2008

Profil Facebook : cause de meurtre outre-Manche !

article__45119149_emma226b.jpgLà pour une fois, la catégorie "On vous l'avait bien dit !" s'applique à la lettre !

Combien de fois avons-nous pu lire ou entendre que Facebook était un nid à dérives et à dangers ? Plus sérieusement, de nombreuses enquêtes ont déjà démontré que l'utilisation à outrance de Facebook, avec étalage de vie privée, messages sur les Wall, statut ect...était au mieux une révélation d'une nature profondément narcissique, au pire une véritable porte d'entrée sans gardien pour personnes mal intentionnées.

En l'occurence, dans cette histoire survenue en Angleterre, un simple passage du statut "married" à "single" a coûté la vie à une femme.

Emma et Wayne Forrester, un couple avec deux enfants, étaient séparés depuis quelques jours, lorsque Wayne découvrit sur Facebook qu'Emma avait tourné la page bigrement vite, comme en attestait son nouveau statut : "Single". Wayne prend la voiture, fonce chez sa femme, chope au passage un couteau de cuisine et un hachoir, et la frappe à mort.

Ce sont les voisins qui ont appelé la police, en le trouvant assis devant l'immeuble, dégoûtant de sang.

Le meurtre s'était produit le 18 février dernier, et Wayne Forrester avait plaidé coupable. Il vient d'écoper d'une peine de prison à perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 14 ans.

«Emma et moi, nous nous étions juste séparés. Elle m’a forcé à partir. Ensuite elle a posté des messages sur [Facebook] déclarant à tout le monde qu’elle m’avait quitté et qu’elle cherchait à rencontrer d’autres hommes. J’aimais Emma et je me suis senti dévasté et humilié», expliquait Wayne à la police.

En effet, pour plagier un statut Facebook, "it's complicated"...Mais ça n'a pas suffit à convaincre le juge : "Vous avez commis un acte terrible. Il n'y a pas d'excuse possible ou de justification".

Moralité : ne passez pas votre vie sur Facebook et les PC, quand on vous dit qu'on en meurt !

dimanche, 26 octobre 2008

Eric Zemmour : à deux doigts du poing dans la gueule !

L'inénarable Eric Zemmour, toujours égal à lui-même, a encore donné hier soir une preuve de sa grande intelligence et de son courage dans les débats d'idées : face à Augustin Legrand dans l'émission de Laurent Ruquier "On n'est pas couchés", plutôt que d'avouer ne rien savoir de la situation des mal-logés en France, le chroniqueur également donneur de leçons au Figaro, a fait comme pour tout le reste : il a agressé ou tenté de tourner son adversaire en ridicule. Manque de bol, le sieur Legrand est un peu comme Don Quichotte : il s'énerve facilement (et ceci dit en l'occurence, face à la veulerie d'un Zemmour, tellement au fait de ce qu'est un mal-logé, -et pour cause-, il y a de quoi).

En clair, cet extrait de l'émission devrait ravir tous les détracteurs d'Eric Zemmour qui ne rêvent que du jour magique où quelqu'un lui foutra un pain dans la gueule :

Pour aller plus loin (dans l'humour) :

Si vous aussi, vous rêvez que quelqu'un tape la gueule d'Eric Zemmour ou du moins, le fasse taire et nous libère un peu d'espace sur le PAF (ça nous ferait des vacances), faites un tour sur Facebook : entre autres groupes et fan-clubs (si si, ça peut exister), vous tomberez sur ce groupe au titre pour le moins bouleversant "Pour forcer Eric Zemmour à sucer Olivier Besancenot et Bernard Thibault en même temps". Et rien que pour le plaisir, je vous livre le descriptif du groupe, tellement juste et non dénué d'humour :

"...en même temps. Si si ! avec sa grande gueule ça lui est possible et surtout pendant ce temps là on devrait un peu moins l'entendre.

Olivier Besancenot aurait déjà donné son accord (!) et on attend la réponse de Bébert.
Si vous en avez assez de ce maniaque réactionnaire du PAF éructant sa haine à tout va et son fanatisme de la France d'avant (où les bonnes femmes restaient à la cuisine, les pédés se cachaient, les bougnoules fermaient leurs gueules et les chômeurs avaient honte de leur fainéantise), alors rejoignez-moi pour le faire taire et contactez tous les gauchistes de votre connaissance acceptant une bonne langue bien rapeuse (mais c'est pour la bonne cause)".

A bon entendeur, salut !

Parlez-en ! :
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu