Avertir le modérateur

jeudi, 18 février 2010

Elisabeth Badinter aurait-elle raison ?

Vu et revu en me pinçant au détour d'une page du Point de cette semaine, cette encart de pub du gouvernement nous informant du Grand Emprunt (avec des majuscules, pour faire plus soviétique ou maoïste, selon votre préférence) concernant la recherche, l'enseignement, la formation, le développement durable, l'économie numérique, etc.

marianne.jpg

J'ai vu que d'autres blogs ont hurlé avec le PS et Benoît Hamon, sur le mensonge contenu dans cette publicité en ce qui concerne le dit Grand Emprunt, pas si grand que ça à ce qu'il paraît. Là n'est pas mon propos. Ce qui m'a choquée, c'est bien la vision de cette Marianne enceinte, de blanc vêtue, qui ne montre pas ses seins comme sur le tableau de Delacroix, et qui donc ne symbolise plus la liberté suprême (par extension, de la femme), mais bien une glorification de la fonction première de la femme : l'enfantement. Car moi je lis bien : femmes, investissez dans votre avenir, faites des enfants.

Avec son air de Sainte Blandine martyre, elle n'a pas l'air bien dangereuse me direz-vous, cette Marianne aux allures de Schtroumpfette. C'est justement ça qui achève de m'exaspérer. Si l'on ne voit pas dans cette personnification de la France en femme enceinte (donc produisant de futurs bons Français, de souche bien sûr), regardant vers l'horizon, un puant relent de l'imagerie pétainiste, c'est à se demander si l'entreprise de lobotomisation et de propagande de l'UMP n'a pas atteint son but.

A croire que c'est un fait exprès si le livre d'Elisabeth Badinter Le conflit la femme et la mère est sorti la semaine dernière. Précisément. Mme Badinter s'insurge avec véhémence contre ce qu'elle nomme le retour en force du naturalisme (qui se donne comme argument principal, pour justifier que les femmes abandonnent l'idée d'égalité pour retourner faire des enfants, le discutable concept d'instinct maternel) et la culpabilité des femmes qui font le choix de ne pas avoir d'enfants, ou de laisser planer le doute sur leur envie. A croire en effet, que l'époque n'est plus aux autodafés de soutifs et à l'envie de se démerder seule, même s'il est vrai que l'époque est moins riante et pleine d'espérance qu'en 1970.

Au passage, je n'ai qu'à peine commencé le livre, mais je le trouve déjà riche d'enseignements ou d'arguments nourrissant une pensée pas si solitaire. Et Eric Zemmour peut bien descendre le bouquin en flammes. A vrai dire, on n'en attendait pas moins de lui.

Je suis bien convaincue qu'il se trouvera de nombreuses personnes, et sans doute parmi elles des femmes, pour trouver cette affiche de toute beauté. Et c'est bien ça qui m'inquiète.

Ah, il est loin ce temps-là (!) :

delacroix5.jpg

 

Elle voudrait pas investir durablement dans son avenir de cette façon-là, la France ?

 

mardi, 05 janvier 2010

Un Seigneur des Anneaux... à 5000 dollars

the-hunt-for-gollum-cavesm.jpgSe la jouer Peter Jackson pour seulement 5 000 dollars, c'est possible. Et pas pour réaliser un remake de "Bad Taste", avec ses meilleurs potes dans la maison de sa grand-mère. Non non. Carrément pour rendre hommage à sa trilogie oscarisée "le Seigneur des Anneaux" !

Le projet, à but non lucratif, a été réalisé par une petite production anglaise indépendante, Independent Online Cinema, pour rendre hommage à l'univers de Tolkien. Un petit film de 40 minutes, The Hunt for Gollum, est né il y a quelques jours et balancé direct sur le Web. (N.B : le film est en fait sorti depuis mai 2009 et a été projeté au Scfi-London, 1 000 excuses amis lecteurs, j'ai écrit tout ça ce matin entre la poire et le fromage, entre les coups de fil de la réd chef et les pages de mag à monter :) et je le répète, "Journalisme Total", c'est du second degré...)

L'histoire se situe avant le Seigneur des Anneaux, au moment où Gollum s'est échappé des geôles de Sauron (ou a été relâché à dessein) et se fait capturer par Aragorn, de façon à être interrogé par Gandalf sur le devenir de l'Anneau.

Loin des vidéos-hommages cheap qui prolifèrent sur Youtube (je ne parle pas des "suédées", genre culte s'il en est), le résultat est très étonnant pour un si petit budget, même si l'ensemble ne peut combattre la beauté (des acteurs, des effets spéciaux) de l'oeuvre de Jackson. A ce niveau, ça sent tout de même son manque de moyens (on regrette que Liv Tyler n'ait pas été contactée pour reprendre son rôle...). Mais l'atmosphère est néanmoins parfaitement rendue, la musique y est d'ailleurs pour beaucoup (le budget a t-il été saigné pour acheter les droits de l'originale ?!).

"Fait par les fans pour les fans", en HD :

Merci aux premiers commentaires qui m'ont permis de rapidement corriger les erreurs disséminées ça et là. Ce n'est pas ça qu'on appelle le Web 2.0 participatif ?

lundi, 21 décembre 2009

Avatar : film cul-cul ou film cu-culte ?

Trois jours, 230 millions de dollars. Attendre 12 ans pour casser la baraque de la sorte, c’est peu dire que ça valait le coup d’attendre. Mais quand on a suscité le « tsunami Titanic », comment revenir avec un film normal ? Il fallait bien quelque chose de neuf, qui sorte à nouveau de l’ordinaire, qui repousse les limites du possible plus encore que de celles de l’imagination. 
Globalement, les critiques n’éreintent pas le film, ce qui pourrait être attendu avec un tel blockbuster au marketing rodé. Cependant, partout (ou presque), une même baseline  : « Les effets spéciaux sont stupéfiants, mais l’histoire est nulle ». 
M’est avis que l’on peut aller un peu plus loin que ça, si l’on veut bien s’en donner la peine. Un peu d’analyse m’sieurs-dames. En trois points, pour faire vite.

1/ Le scénario est « cul-cul la praline ».

Déjà, pitié, jetez cette expression aux orties, elle est elle-même insupportablement niaise et... cul-cul.
Alors, grand dilemme : est-ce que l’histoire concotée par James Cameron dessert sa prouesse technique ou s’y ajuste bien ? Reprenons la bande-annonce :

Coincé entre son devoir de soldat pour un colonel aux allures de Philippe Lucas militarisé, et son amour pour une princesse na’vi, notre héros devra choisir entre le soutien au peuple de son cœur ou à celui de son sang, mais qui n’a plus rien d’humain.

Pourquoi l’histoire est-elle souvent vue comme cul-cul ? Parce que le héros tombe, comme de juste, amoureux. Parce qu’il veut défendre, comme de juste, le monde qu’il était venu détruire.

jake and neytiri.jpg

Alors, allons au delà : et si l’on voyait dans ce désir de sauver ce « Nouveau Monde » et d’y appartenir, la volonté de quitter une humanité qui dégoûte ? De plus en plus de films ont récemment mis en avant deux choses : écroulement apocalyptique de l’humanité (2012), volonté de ne plus appartenir au monde des humains, fut-ce par amour (Twilight). Comme si être humain n’était plus si drôle. L’histoire de Cameron prend tout de suite une autre dimension sous cet angle-là.

cry.pngCar ce n’est pas un film optimiste qu’Avatar. Entre les attaques aériennes à coup de lance-flammes, la chute de la maison-totem des Na’vi, comment ne pas reconnaître les souvenirs lancinants du Vietnam et l’effroi du 11 septembre ? Dans cet esprit de conquête destructeur, comment ne pas voir l’épineux souvenir du génocide amérindien ? Dans l’avancée des bulldozers qui détruisent la forêt, ses habitants et les âmes des morts, comment ne pas penser au film de John Boorman La forêt d’Emeraude ?

Toute l’histoire d’Avatar, loin d’être « cul-cul », tend au contraire vers une sombre réflexion : devant la découverte d’autres mondes et d’autres possibles, après avoir détruit les nôtres, resterons-nous aussi bêtes et cruels que par le passé ou choisirons-nous de changer, voire de renaître ? La fin du film propose une solution…

2/ Le film est fait à 60% d'effets spéciaux, ce n’est donc pas intéressant.

Certes. Mais la prouesse technique est là : on ne voit pas la limite entre virtuel et réel, et l’on pourrait croire aisément que James Cameron a pris un vol pour Pandora avec sa Betacam sur le dos, et que ce que nous voyons à l’écran, c’est ce qu’il a enregistré en live sur bande.Jake.jpg Pendant 2h40, trop courtes, on voyage sur Pandora et le fait est qu’on s’y sent bien. De la même façon que John Smith arrive sur les terres de Pocahontas (Le Nouveau Monde de Terence Malick), Jake Sully et le spectateur retrouvent la terre originelle, y sont envoûtés et ne veulent pas la quitter. Ces habitants sont plus vrais que nature, expressifs et émouvants. Incroyables aussi le « morphing » na’vi des acteurs vers leurs avatars : Sigourney Weaver porte très bien la peau bleue !

Ces créatures extraordinaires, ces plantes qui gardent les âmes des morts, cet animisme ambiant où l’on s’excuse auprès des animaux pour la mort qu’on leur inflige, dressent le tableau d’une humanité trop pure pour être vraie, et qu’il faut aller chercher sur d’autres planètes. La forme rejoint donc le fond : il ne fait vraiment plus bon vivre sur notre vieille Terre gâchée et gaspillée.

Je passe rapidement sur la nouveauté : la 3D. Au début, on est très surpris, émerveillé et on a 5 ans. Très vite, on s’habitue. Voilà pour la technologie nouvelle dont tout le monde parle depuis des mois et qu’on attend au coin du bois. C’est plié en 10 minutes et l’on peut alors s’attacher à l’histoire et au monde présenté sous nos yeux.

3/ Le message écologique est passé de façon lourdingue, c’est du Cameron, il ne faut pas s’attendre à de la délicatesse.

paint.jpgParce que ce nouveau monde est détruit à coups d’armes surpuissantes et de bulldozers, on se sent obligé d’y voir le manque de finesse du réalisateur. Néanmoins, vous en avez vu beaucoup vous, des génocides qui se font dans la dentelle ? Le héros paralysé (victime, donc, du caractère belliqueux de sa race) de Cameron le dit : « Leur mère (la Terre), ils l’ont tuée, et ils veulent faire de même ici pour survivre ». Faire simple quand on peut faire compliqué, à grands renforts de conférences internationales qui accouchent d’une souris, ça fait rire un temps, mais c’est bien le job de l’art de remettre les choses à leur place. Non ?

Pour finir, je dois dire que James Cameron ne m’a pas déçue sur l’un des points récurrents de son œuvre : les femmes fortes. De Ripley à Sarah Connor en passant par Rose de Witt Bukater, les femmes chez Cameron ont toujours le beau rôle. Neytiri s’impose en digne héritière de cette lignée, sans oublier les Na’vi et leur société matriarcale.

Deux bémols : comme dans Titanic, les personnages ne sont parfois pas assez fouillés ni assez ambivalents. Les méchants sont bien méchants et sans possibilité de rachat, les gentils sont bien gentils et sans failles ou côté obscur. Enfin, 2h40 sur Pandora, ce n’est pas assez. 1h de plus, pliz. Car on aurait bien eu envie de marcher et de voler encore un peu avec les Nantang pas si méchants que ça, les Thanator qui se révèlent bien utiles et les Thoruk Macto aux allures de phénix.

love.jpg

En revanche, comme pour Titanic, Cameron vous prend par la main dès le début et ne vous lâche qu’après le clap de fin. Son pouvoir de narration reste intact. Si vous avez une sensibilité à fleur de peau, ce film vous obsédera pendant quelques jours après votre sortie de la salle. Si vous n’êtes sensible qu’à la nouveauté technique, vous aurez été témoin de ce qu’on peut sans doute considérer comme l’avenir du cinéma.

lundi, 14 décembre 2009

L'entartage de chefs d'Etat à la mode

L'"entartage" de président à coups de statuette, de pompes ou d'insultes est à la mode. On se souvient entre autres de Nicolas Sarkozy pris à parti par des pêcheurs bretons (voir ci-dessous), de Georges W. Bush en visite en Irak qui montra l'étendue de ses réflexes lors d'une attaque de pompes carabinée. Hier, Silvio Berlusconi y a eu droit lui aussi à la sortie, houleuse, d'un meeting. Et avec un peu moins de chance, puisqu'une grande partie de son Botox facial a dû y passer :

 

massimo.jpgL'agresseur est un dénommé Massimo Tartaglia (ça ne s'invente pas), 42 ans, suivi (précisent les journaux italiens) depuis 10 ans pour des problèmes psychiatriques, acclamé depuis hier soir comme un héros par les Italiens, et qui compte aujourd'hui des dizaines de pages dédiées sur Facebook, dont une qui compte plus de 42 000 fans ! Malheureusement, en réaction, un autre groupe s'est monté en soutien au chef du gouvernement italien et contre Massimo Tartaglia, qui compte déjà 377 000 membres...

L'entartage présidentiel est donc de plus en plus à la mode, et également de plus en plus violent. Au départ, les "victimes" n'avaient droit qu'aux insultes :

Sarkozy insulté par les pêcheurs au Guilvinec
envoyé par telegramme-doc.

Puis, attention, plus fort, ou plutôt, couplé aux insultes, le lancé de godasses lors de la visite de Georges Bush en décembre 2008 à Bagdad -qui fut donc en plus traité de "chien". Pour cet acte de contestation, Mountazer al-Zaïdi fut emprisonné pour "agression envers un chef d'Etat en visite officielle" et relâché en septembre 2009.

Il y a aussi le mode "arroseur arrosé" puisque ce même journaliste, en visite à Paris cet automne pour une conférence de presse, a reçu lui aussi un mocassin à la figure, celui d'un confrère irakien qui avait désapprouvé son geste, après l'avoir d'abord acclamé.

Personnellement je trouve culotté et quelque part courageux d'oser insulter ou porter la main sur le plus haut personnage d'un Etat, sachant ce que l'on risque pour un tel geste, afin de montrer sa désapprobation, son ras-le-bol et son dégoût. Peut-être faudrait-il que nous soyons plus nombreux à le faire pour que certaines choses changent...

Pour l'heure, ce sont les dernières attaques qui me viennent à l'esprit... Mais la chasse est ouverte ! Merci d'avance pour vos contributions...

 

samedi, 12 décembre 2009

RFI parle de Journalisme Total !!

Une fois n'est pas coutume, j'ai eu l'honneur d'être invitée à participer à l'émission d'RFI "Mondoblog" hier après-midi, qui a été diffusée ce midi. Thème de l'émission de cette semaine : "Gérer les commentaires sur les blogs".

Intitulé de l'émission : la véritable révolution du web 2.0, c'est la place de l'utilisateur qui devient acteur. Parmi les nouveautés qu'apportent les blogs, il y a une place de choix réservée aux commentateurs. Ils n'ont pas leurs propres blogs, mais ils sont nombreux à participer aux débats proposés par les blogueurs. Les relations sont parfois ambigües entre blogueurs et commentateurs mais ce qui est clair, c'est que les deux se complètent.

Voici le lien direct :

http://atelier.rfi.fr/profiles/blogs/emission-1064-gerer-les


jeudi, 26 novembre 2009

Grève au Parisien : le journal ne paraîtra pas demain

Pas de Parisien dans les kiosques demain. Suite au plan social annoncé par la direction hier matin, une AG de près de 150 journalistes (de l'édition nationale, des éditions nationales et de nombreux secrétaires de rédaction) ont voté la grève à 90 voix contre 50, ainsi qu'une motion contre le plan social, votée, elle, à l'unanimité.

La direction du Parisien avait annoncé, au cours d'un comité d'entreprise extraordinaire mercredi matin, l'ouverture d'un guichet de départs volontaires. Rappel pour mémoire : le plan de départ présenté concerne 35 salariés au total : 25 journalistes avec cartes de presse (le Parisien et Aujourd'hui en France en comptent 200) et 10 cadres et employés.

Les plus folles rumeurs couraient depuis plusieurs semaines, on parlait d'une centaine de licenciements. "Sans doute était-ce de fausses rumeurs pour mieux faire passer la pilule en annonçant une petite cinquantaine de départs, ce qui reste beaucoup tout de même", expliquait une source présente à l'AG de jeudi soir. De fait, les chiffres annoncés ces dernières semaines concernant l'édition nationale étaient finalement plus optimistes que prévu.

Le sort des éditions régionales n'a pas encore été clairement annoncé, néanmoins une réorganisation drastique des bureaux locaux est à prévoir.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu