Avertir le modérateur

mardi, 20 janvier 2009

Ségolène Royal : craquage complet à Washington

sego.jpgOn rigole de savoir que Ségolène Royal sera à Washington pour l'investiture d'Obama. Tenez-vous bien, elle y a sa place parce que comme lui, elle a "le sens de l'histoire". En direct de l'événement historique qu'elle voulait vivre "autrement que devant un écran de télévision", il paraît qu'elle vient également travailler. On ne sait pas qui elle va rencontrer. Mais elle l'affirme : "cette audace américaine doit irradier le monde". Mais ne vous méprenez pas : cette audace américaine, l'audace de Barack Obama, il l'a directement copié chez notre Ségo nationale. C'est elle qui l'affirme.

Citée par le correspondant du Monde à Washington : "Oui, j'ai inspiré Obama et ses équipes nous ont copié". C'était quand la candidate socialiste faisait la course à l'Elysée et que Barack Obama rêvait bien de faire celle à la Maison Blanche. Il aurait envoyé une équipe à Paris pour étudier son site "Désir d'Avenir" : "Chez nous ils ont enregistré les idées de 'gagnant-gagnant', de 'citoyen-expert'" Ensuite, M. Obama a adapté sa "démocratie participative" à la mode américaine, "fort différente de l'européenne". Aux Etats-Unis, tout n'est que "communautés" – ethniques, religieuses, culturelles, urbaines, même les quartiers d'habitations s'intitulent "communities".

Elle est bonne, non ?

Ségolène Royal est convaincue que Barack Obama a tout compris. La crise n'est pas qu'économique, elle est sociale, culturelle, politique, relationnelle. C'est ce lien avec le public "dont Barack Obama a théorisé la vision" qu'elle veut recréer. Eh ben...rendez-vous en 2012 alors.



Les meilleures "busheries" de Deubelyou !

Pour fêter le départ de Deubelyou, dont l'hélico s'envolera une demi-heure après le début de la cérémonie d'investiture d'Obama, quoi de mieux qu'une petite série de "busheries" parmi les plus truculentes ? Magnéto !

Un petit résumé de toutes les grâces présidentielles, accordées...aux dindes de Thanksgiving :

 



Cachez les clodos au passage d'Obama ! Pauvre Martin Luther King...

1-u-s-president-elect-obama-speaks-during-the-we-are-one-inaugural-celebration-at-the-lincoln-memorial-in-washington_103.jpg

Le hasard de l'Histoire a voulu que les Pères Fondateurs, qui rédigèrent la Constitution des Etats-Unis, optèrent pour le 20 janvier comme jour de l'investiture du président élu. Il se trouve que ce jour est également celui de la naissance de Martin Luther King. Le fait que Barack Obama prête serment aujourd'hui, à cette date précise, n'en résonne que plus fort.

Cependant, alors que l'événement va se dérouler en mondovision, que tout le monde ne parle que de ça aujourd'hui, qu'on achète quantité de journaux, et qu'on attend plétores de stars devant le Capitole à Washington -y compris Ségolène Royal et Chloé Mortaud, la nouvelle Miss France, magnifique déléguation française !-; que les forces américaines vont déployer 8 000 policiers et 11 500 militaires pour protéger le trajet du nouveau président du Capitole jusqu'à la Maison Blanche, alors que l'on attend deux millions de personnes qui n'auraient manqué pour rien au monde ce moment où va s'écrire l'Histoire...On apprend au détour d'une brève dans le "Figaro", qui consacre 20 pages spéciales au "D-Day"..., que :

"Tous les SDF de Washington ont été priés de quitter la capitale et de ne pas revenir avant jeudi. Selon l'Association nationale pour les sans-abris, près de 1200 personnes vivent dans le périmètre de sécurité établi pour l'investiture".

Barack Obama veut rendre la Maison Blanche au peuple, se veut le président d'une nation unie, et pourtant, avant même qu'il ait prêté serment, on refuse à une partie des citoyens d'être de la fête. On les cache, on les nie, on les dégage. Obama est-il au courant de la chose ? Possible, ou peu probable, si la décision revient à un staff de sécurité qui ne lui demande pas son avis -il a toutes les peines du monde à garder son Blackberry personnel, alors...

Bref, au milieu de la ferveur générale, ce "petit" nuage vient rappeler que Barack Obama n'est pas le Christ. Tout le monde attend un Messie qui multipliera les pains (pardon les dollars) et fera que chacun verra un frère dans son prochain. Si on commençait déjà avec les SDF de Washington ?

Le 18 janvier, Barack Obama disait, dans un premier discours qui ouvrait les cérémonies de son investiture, que "Martin Luther King en verse peut-être des larmes". En ce jour qui est aussi son anniversaire, Martin Luther King pleure sans doute -l'événement est historique, et puis il faut bien vivre un peu dans l'au-delà-, mais avec peut-être un peu d'inquiétude.



lundi, 19 janvier 2009

Noam Chomsky : regard critique sur l'Amérique

Voici une interview réalisée par le Monde.fr, de Noam Chomsky. Pour certains, la plupart sans doute, ce nom ne leur dira rien. D'autres savent que Noam Chomsky est un linguiste américain très connu dans le monde entier, et surtout un observateur acéré des liens entre pouvoir et médias, dans son pays et en général. Il a écrit à ce sujet de nombreux ouvrages, notamment pour dénoncer les tactiques d'enfermement des médias dans un cercle idéologique.

Très engagé politiquement, Noam Chomsky se décrit comme un "anarchiste socialiste", et quand on sait ce que le mot "socialiste" provoque comme émoi aux Etats-Unis...A la veille de l' "Inauguration Day" de Barack Obama, Chomsky confie avoir voté vert, et considère qu'Obama était "le moindre des deux maux". Très en recul par rapport à l'exaltation générale, Noam Chomsky se demande si vraiment cette élection changera quelque chose, et se permet de relativiser son aspect historique -sans le nier évidemment, Noam Chomsky est assez intelligent pour reconnaître que l'événement est de taille-, en rappelant que dans certains pays d'Amérique latine comme le Brésil ou la Bolivie, qui ont élu un sidérurgiste (Lula) ou un membre de la minorité indigène (Morales), la revanche des opprimés a déjà commencé, sans que l'Occident ne s'en émeuve plus que ça. Il développe toutes ces idées dans cette interview très intéressante, et qui permet de remettre beaucoup de choses en perspective.



mardi, 23 décembre 2008

Obama : super Barack !

"Barack Obama : fit for office". Traduisez "Barack Obama : taillé pour le poste", de président. Et le fait est qu'il l'est, tant techniquement (à priori) que physiquement.

Comme l'a remarqué à juste titre une internaute du Huffington Post "le temps des vieux aux cheveux gris à la Maison Blanche, c'est fini". "Quelles tablettes de chocolat !" s'exclamait une autre.

Le public féminin fantasmait déjà sur les photos d'Obama en train de faire son jogging -de quoi faire facilement pâlir Sarkozy-, maintenant...cela va sans doute être du délire, et il y a de fortes chances pour que le président de 47 ans, qui prêtera serment le 20 janvier prochain, remplace l'année prochaine Hugh Jackman au poste d' "homme le plus sexy du monde".

Preuves à l'appui :

obama1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photo02.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les photos ont été prises par un photographe de l'agence Bauer-Griffin, basée en Californie, qui a réussi à outrepasser le cordon de sécurité du futur président, alors qu'il était en vacances en famille à Hawaï. C'est le New York Post qui en a fait sa une aujourd'hui.

Même les journalistes suivant le président officiellement en vaca

nces n'avaient pas accès à cette sphère privée. Si ces clichés servent habilement Obama, les photos figurant sa femme et ses deux filles sont plus sujets à controverse, et suscitent le débat même parmi les internautes, qui dénoncent une violation de la vie privée.

D'autres clichés plus "conventionnels" d'Obama en compagnie de Marines en mission à Hawaï, de jeunes fans ou de touristes servent tout autant l'image du futur président, jeune, beau et sportif. Appelez-le juste "Ab-bama", comme on dit au New York Post ! Ou dites simplement qu'il est "barack"...

 

jeudi, 04 décembre 2008

Un gamin de 10 ans veut interviewer Barack Obama

s-DAMON-WEAVER-large.jpgIl n'a que 10 ans, et déjà une petite notoriété de journaliste. Damon Weaver est un jeune garçon de Floride qui a marqué la campagne américaine, en interviewant Joe Biden, le vice-président d'Obama, pendant près de 3/4 d'heure -il a surtout tenu son dictaphone devant le politicien, mais quand même, à son âge, il faut la patience !-

Damon a charmé toute la blogosphère par son talent précoce et sa politesse, et dans un spot de 4 minutes tourné avec les moyens du bord, il annonce qu'il veut pêcher un plus gros poisson : le président Barack Obama en personne.

Damon explique qu'en tant qu'habitant de Floride, il a d'importantes questions à poser sur la politique locale, notamment sur le libre-échange et le protectionnisme (par rapport à l'exploitation du sucre de canne par exemple).

C'est le célèbre blog "Huffington Post" qui relate cette dernière trouvaille. Damon Weaver ne manque pas d'humour en plus, puisqu'il est très fier de commenter la nullité de Barack Obama au bowling...

Parviendra t-il à décrocher le scoop du siècle ? Nous tâcherons de vous tenir au courant ! En attendant, voici le fameux spot :

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu