Avertir le modérateur

mercredi, 22 juin 2011

Bono, quand est-ce que tu refais de la musique ?

lying on warehouse floor, writing, close-up–'U2 Rattle & Hum - The official book of the U2 movie'–[home8.inet.tele.dk].jpgMon cher Paul,

tu permets que je t'appelle Paul, puisqu'après tout c'est ton vrai prénom. Arrêtons 5 min les faux-semblants et les mystifications diverses, laisse tomber ton pseudo et tes lunettes fumées derrière lesquels tu te caches depuis trop longtemps maintenant pour être resté honnête.

Ceci n'est pas une lettre de fan dont de toute façon tu n'as rien à battre, puisqu'elle ne te rapportera rien. Pas un kopeck. C'est une lettre de dégoût de quelqu'un qui aime la musique, dirons-nous. Car à une époque, tu faisais de la musique. Si, si, rappelle-toi, je sais que c'est très loin, mais essaie quand même. Souviens-toi de l'époque où on pouvait venir te voir pour 19$ :

 

 

Aujourd'hui, voilà ce que tu donnes sur scène :

 

 

C'est pas beau n'est-ce pas ? Oui... Je suis assez d'accord.

Le dégoût, mon cher Paul, c'est quelque chose qui se nourrit chez les gens par l'accumulation. On en rajoute un peu plus à chaque fois, jusqu'à l'écoeurement. Au bout du compte, on dégueule.

Il y a à peine 2 jours, l'écoeurement a été à son comble, et pourtant, ça n'avait rien de surprenant : ton groupe venait d'exploser les Rolling Stones, en accomplissant la tournée la plus lucrative de l'Histoire. Vise un peu : 700 millions de dollars et des poussières avec le 360°Tour. Une tournée à côté de laquelle le Zooropa Tour, avec ses écrans, ses Traban suspendues, et ta mégalomanie plutôt rigolote, faisait l'effet d'une kermesse d'école. Non, là, les billets se vendaient au plus bas (et pour une vision de merde) à 60 euros, la tournée était sponsorisée par Blackberry et Live Nation, elle est méga polluante puisqu'elle nécessite 120 camions (toi qui chantait dans Where the streets have no name "I want to feel, sunlight on my face/I see that dust-cloud disappear without a trace/I wanna take shelter from the poison rain") et toi et ton groupe, vous étiez encore un peu plus isolés de votre public. Tant à cause de la disposition de la scène que, surtout, de votre mine inexpressive au possible. A croire que venir jouer devant des millions de cons qui vous aiment (encore) est devenu pour vous comme venir au bureau pour moi : un truc chiant.

Mon cher Paul, je te déteste d'autant plus aujourd'hui que je t'ai adoré hier. Je te déteste pour ce que tu as fait aujourd'hui de ton groupe, surtout quand je me souviens de ce qu'il a été. Tu me fais vraiment chier, parce que ça fait mal au coeur de voir des musiciens qui avaient des idées devenir de vieux patrons qui n'ont plus rien à dire. De voir ceux qui jouaient hier avec BB King enregistrer des chansons avec David Guetta. Et ce n'est pas seulement parce que vous deviendriez gâteux.

bono-rania.jpgJ'ai pu supporter un temps ton pseudo engagement de chef d'Etat de pacotille pour la cause africaine, le sida. Si dans les années 80, c'était sans doute une démarche sincère, aujourd'hui, j'en doute fort, surtout quand ça prend le pas sur la musique et que, depuis longtemps, tu as troqué les fringues de gitan du Joshua Tree Tour 87 pour celles d'un VRP de luxe qui prend ses vacances au Cap Nègre. Mais bon, j'y arrivais encore, même après t'avoir vu en concert en 2005, date à laquelle ton groupe était déjà foutu.

Tes petits mic-mac avec divers chefs d'Etat, ta façon d'entretenir l'image d'Africains incapables de se démerder seuls (ça t'arrange bien, sinon ton business avec RED s'écroule), tes parts dans Facebook,  le scandale fiscal que vous vous traînez (non parce que, faut pas déconner, on engrange un max de pognon, mais on veut pas payer nos impôts en Irlande), et toutes tes conneries débitées à longueur d'interview (compilées ici, en partie, par le célèbre critique rock Dave Marsh, que tu devrais lire plus souvent : http://www.counterpunch.org/marsh03092007.html), tout ça, ça s'est bien accumulé. Ah, et puis dans un coin du Net, j'ai trouvé ça aussi : http://www.paperblog.fr/1239047/u2-les-photos-de-bono-qui... C'est ta femme qui doit être contente.

Mais tout ça pouvait encore passer, si au moins toi et ton groupe, vous aviez été capables de rester intéressants musicalement.

No line on the Horizon est je crois le pire album que vous avez pondu depuis Pop (et encore, là dessus, il y avait des trucs cools). Je n'ai même pas été capable d'écouter une seule chanson jusqu'au bout. Et c'est avec ça que vous remplissez les stades et faites la tournée la plus lucrative de l'Histoire ? Non parce que, ne viens pas me dire que c'est aussi pour les vieux standards qu'on vient vous écouter, et pour votre sincérité, votre communion avec le public. Ne te fous pas de moi. Tu sais comme moi que c'est terminé depuis bien longtemps, et que si on vient pour ça, on risque fort de ressentir une drôle de douleur entre les fesses en sortant. D'autant plus douloureuse qu'il n'y avait aucune tendresse, en plus.

Mon cher Paul, j'en conclus donc que toi et ton groupe, non seulement vous avez érigé l'hypocrisie en art majeur, à défaut de votre musique, mais en plus, vous vous foutez de la gueule de votre public. Tu lui vends de la merde, et même pas avec le sourire, vu que tu tires toujours la tronche depuis quelques années... Et tes cons de fans indéfectibles te remercient en t'enrichissant davantage. Ce qui, vu ta tête sur scène, n'a pas l'air de te rendre plus heureux. Ca n'enrichit d'ailleurs pas non plus tes idées musicales, et c'est vraiment ça le plus triste.

Fut un temps, tu t'habillais comme un sac, tu t'étais fait un pseudo look de mexicanos avec galure, bretelles et ceinture de tissu, boucle d'oreille et cheveux longs. Je ne parle même pas de ta période mulet. Tu te jetais dans la foule, tu confiais que tu bandais grave quand tu sentais que la fille que tu faisais danser dans le public tremblait dans tes bras. Toi et ton groupe, vous pouviez enregistrer 269 fois une chanson avant qu'elle soit parfaite (elle est sur Rattle and Hum, tu sais de laquelle je parle). J'ai même relu une critique de concert de Laurent Chalumeau dans un Rock and Folk de 85 (là, on est dans la Préhistoire), qui te trouvait gauche, nullard, nasillard, mais justement tellement bon à cause de ça, parce que plus t'étais mauvais, plus tu en faisais des tonnes, et tu en devenais beau. Chalumeau concédait déjà que tu méritais mieux que ton public d'ados. Le croirais-tu ? Ce qui te sauvait, toi et ton groupe, c'était votre putain de sincérité. Là, tu faisais du rock n'roll. Maintenant, tu ne fais qu'amasser du pognon à peu de frais, et tu n'en branles pas une sur scène. Echec total, non ?

jane-bown-bono.jpg
Un jour, j'ai lu cette phrase de The Edge parlant d'Elvis : « Je n'ai aucune ambition à devenir gros et paresseux comme lui à la fin de sa vie. » Edge, je l'adore. Ca a toujours été lui, le musicien du groupe. Mais tu pourras lui dire de ma part qu'aujourd'hui, il est aussi paresseux qu'Elvis, et que malheureusement pour lui, et pour vous, vous ne laisserez pas la même trace dans l'histoire du rock. Note bien, c'était peut-être pas votre ambition. Tant mieux, parce que si cela avait été le cas, c'est raté. Vous avez décroché à un moment, je sais pas, les années 2000 vous ont fait flippés. M'est avis que vous auriez mieux fait de jeter un coup d'oeil en arrière. Quand on vous regardait en 87, on pouvait se dire que vous resteriez sur le bon chemin, même en faisant des projets ambitieux et décadents comme Achtung Baby. Mais non. Vous avez choisi de faire de la merde. Plein de groupes le font, c'est vrai, mais ce n'est pas une excuse.

On sait que vous ne ferez plus jamais un bon disque, ni même une bonne chanson. Vous l'avez fait « avant ». Votre chef d'oeuvre, vous l'avez fait en 1987, avec une parenthèse enchantée jusqu'en 92, après... Le désert, avec quelques oasis et mirages par-ci par-là.

Alors, outre la vacuité musicale de ton groupe, ce qui reste le plus impardonnable, mon cher Paul, c'est que tu profites de ta position pour nous servir ta soupe de politicard insupportable. Tu ne peux pas te contenter de chanter (mal aujourd'hui, d'ailleurs) et de compter les rangs pour estimer l'ampleur des gains ?

Au moins, là-dessus, fais comme les Stones : prends l'oseille, et tire-toi.

Merci, cher Paul, de considérer un peu la question.

 

 

vendredi, 17 juillet 2009

Nicolas Sarkozy achète les sondages en sa faveur

sarko.jpgSarkozy achète les sondages en sa faveur: alors que Philippe Séguin, président de la Cour des comptes, rendait publique son rapport sur les dépenses de l'Elysée pour 2008, une remarque curieuse attire l'attention.

En effet, le rapport souligne, en page 11, "une convention signée le 1er juin 2007 entre la présidence de la République, par l'intermédiaire de son chef de cabinet, et un cabinet d'études, par l'intermédiaire de son gérant, pour un coût avoisinant 1,5 millions d'euros, a soulevé plusieurs interrogations." =>> lien direct vers le rapport.

Fichtre, et comment ! Le cabinet en question est client, toujours d'après le rapport, du "Politoscope", enquête grand public "omnibus" réalisée par l'institut Opinion Way, dont les résultats sont publiés par le Figaro et LCI. Médias qui, comme chacun sait, n'ont même pas à faire partie de l'UMP pour en être les meilleurs porte-paroles. Ainsi, quelques exemples de sondages dityrambiques : Les Français plebiscitent la majorité”, "Royal distancée par Delanoë, selon un sondage", “Le gouvernement Fillon 2 plaît aux Français”, Présidentielle : Sarkozy loin devant Royal ou Aubry," (sources : Métro, le Figaro).

Très à propos, la Cour des Comptes s'étonne que l'Elysée paye, à hauteur de 10 000 euros par mois, des sondages bimensuels qui seront repris de toute façon dans la presse. Ainsi, sur 35 études payées, au moins 15 d'entre elles ont été publiées par la presse. Après épluchage, "la comparaison des résultats publiés dans la presse et de ceux remis à la Présidence ne fait pas apparaître de différence"...

Première question : est-ce que par hasard, Nicolas Sarkozy ne veillerait pas de trop près à sa communication et à son rayonnement politique auprès de l'opinion ?

Sur le blog de Ségolène Royal, Désirs d'avenir, la députée socialiste des Deux-Sèvres Delphine Batho rappelle (c'est de bonne guerre), que la candidate socialiste en 2007 avait souligné dans son livre "Ma plus belle histoire d'amour", les tripatouillages réguliers de l'institut Opinion Way, visant à soutenir Nicolas Sarkozy et à flinguer ses adversaires.

La voix de son maître

Dans un post publié hier, le même jour que la publication du rapport, Delphine Batho dénonce "un système d'instrumentalisation de l'opinion et de connivence entre le pouvoir, un institut de sondage et certains médias". Elle réclame notamment "que l'Elysée rende publique la liste précise des 15 sondages payés par la présidence de la République et qui ont été publiés par certains médias. Cela permettrait à coup sûr de revisiter les conditions de déroulement de certains débats publics où des jeux d'influence pervers s'exercent pour manipuler l'opinion.".

Chers concitoyens, pensez également que ces sondages sont payés avec l'argent du contribuable...

Deuxième question : quel est le fameux cabinet qui cire si bien les chaussures de Sarkozy? Le rapport de la Cour des comptes ne le précise pas. Mais les journalistes d'Arrêt sur Images, sur leur site Internet, lance quelques pistes. Selon leurs informations, "deux entreprises semblent bien placées pour incarner ce fameux cabinet. Elles sont toutes deux dirigées par des proches de Nicolas Sarkozy, versés dans la pratique des sondages : GiacomettiPeron, montée par Pierre Giacometti fin 2007 lorsqu'il a quitté son poste de directeur général d'Ipsos, et Publi Fact, détenue en majorité par Patrick Buisson, directeur général de la chaîne Histoire (groupe TF1), et donc subordonné de Laurent Solly, ex-directeur adjoint de campagne du candidat Sarkozy."

Le site rappelle une interview de Pierre Giacometti dans l'Express, où il ne se cache pas de participer à la stratégie de communication de Nicolas Sarkozy. Quant à Patrick Buisson, catho tradi, ancien directeur de "Minute", qui a aidé le candidat de la droite à "siphonner" les voix de de Villiers et le Pen", Nicolas admettait publiquement, comme le rappelle le Nouvel Observateur, "qu'il lui devait d'avoir été élu". Les deux hommes se connaissent depuis 1995.

L'enquête promet d'être passionnante...ou de finir dans le mur, comme d'habitude.

Au passage...L'insoutenable légèreté de l'être Carla Bruni :

2761382.jpgJuste un petit retour sur l'interview très ORTFesque de la première dame de France par l'inénarrable Jean-Claude Narcy, (qui gâtise tant qu'il parle de la "First Lavy" au lieu de la "First Lady") lors de la garden-party de l'Elysée mardi 14 juillet. On vante depuis des années l'extrême intelligence et la culture de la dame, comment elle cultive utilement notre omni-président (à grands renforts de classiques cinématographiques distillés chaque soir et de romans du patrimoine mondial, belle stratégie de com là encore). Pourtant, la platitude de ses remarques lors de cette interview officielle pouvait laisser pantois (et cela allait crescendo) :

Sur la guitare : "Non la guitare je la joue surtout chez nous, ici (dans son bureau de l'Elysée) il y a tellement de travail..."

Sur le jardin : "Le magnifique jardin...On a de la chance d'être ici, et on a de la chance avec le temps..."

Sur l'obsession de Sarkozy : "Vous savez, il n'est pas pressé, il est habité par une obsession, qui est celle de servir notre pays et d'aller au bout de ses promesses..."

Et la meilleure, sur la guerre : "C'est magnifique que tous ces hommes, tous ces avions, et toutes ses armes, finalement, soient au service de la paix, car finalement, l'armée désormais nous protège de la guerre, c'est contradictoire, car enfin ce sont des hommes courageux, et leur courage nous protège de la guerre."

Bref, il y en a à chaque réplique et jusqu'au bout de la vidéo. Carla Bruni ou le meilleur conseiller en communication de Nicolas Sarkozy...

jeudi, 25 décembre 2008

Bernard Kouchner commente le voyage de Nico et Carlita au Brésil

Tout le monde (ou presque) s'extasie sur la venue de Nicolas Sarkozy au Brésil, auréolée de la popularité de son épouse...Si beaucoup de médias, brésiliens et français, manient l'ironie, d'autres jouent à fond la carte du people...Ainsi I-Télé qui nous montre un Nico enlaçant tendrement Carlita au concert de Charles Aznavour et Gilberto Gil....Le commentaire de Bernard Kouchner, ci-devant ministre des Affaires Etrangères :

lundi, 06 octobre 2008

"La politique, c'est plus dur que la musique"... Merci Carla.

570551.jpgCarla Bruni-Sarkozy, invitée à chanter sur une chaîne allemande, nous a sorti samedi soir un aphorisme digne de faire concurrence à ceux d'un autre Allemand, Nietzsche en l'occurence.

La première Dame a affirmé que la politique, "c'est plus dur que de faire de la musique, c'est un travail difficile". Elle a confié admirer les hommes politiques, qui sont "des êtres humains comme nous".

....

Les commentaires, ou justement, l'absence de commentaires, sont ouverts !

mardi, 19 août 2008

Bono prend-il des cours de musique chez Carla ?

1523241443.jpgVoici ce qu'on apprend au détour d'une dépêche :

"Nicolas Sarkozy et sa femme Carla Bruni ont reçu lundi 18 août au Cap Nègre la reine de Jordanie Rania al-Abdullah et Bono, le chanteur du groupe U2, a-t-on appris auprès de l'entourage présidentiel.
Vêtue d'un bustier et d'une jupe noire, l'épouse du roi Abdallah II et le chanteur compositeur irlandais, tout de noir vêtu également, sont arrivés en fin de matinée dans la propriété familiale de Carla Bruni-Sarkozy à Cavalière, où leur hélicoptère s'est posé sur le terrain utilisé par les appareils du chef de l'Etat.
Un discret service d'ordre surveillait la scène.
La reine et la pop-star sont repartis par la même voie aux alentours de 16H30."

Passe encore pour la reine de Jordanie, people, très belle, vraiment engagée pour la défense de causes humanitaires. Tout pour faire de l'ombre à la femme de notre omniprésident. En tant que "femme d'Etat", on comprend à la rigueur qu'elle se pointe au Cap Nègre.

Mais une star du rock, qui a certes sa maison de vacances près de Nice, qu'est-ce qu'elle vient foutre chez Sarkozy ? Bien sûr, on sait très bien que pour Bono, le temps où il dînait avec les plateaux-repas des compagnies aériennes que ramenait son père est bien bien loin.

Qu'il n'hésite pas servir la soupe aux puissants les plus pourris (Bush entre autres) pour que ceux-ci acceptent de la servir vraiment aux pauvres d'Afrique.

Que néanmoins, sous ses côtés anar et rebelle d'opérette se cache un grand bourgeois qui ne dédaigne pas Saint-Tropez et le champagne du Club 55.

Alors finalement...Se rendre chez Nicolas Sarkozy et Carla Bruni dans leur résidence de vacances, après tout...C'est logique.

Tout ça est dit la mort dans l'âme pour moi...Heureusement que c'est bien The Edge l'âme musicale du groupe !

 

 

Elle aime le pouvoir....et les ours.

1073570164.jpgVous n'avez pas deviné ? Eh oui, c'est bien la première Dame de France qui soutient la cause des ours dans les Pyrénées !

L'épouse du président de la République, Carla Bruni-Sarkozy, a écrit à deux associations de défense de l'ours dans les Pyrénées, Férus et Pays de l'ours Adet, pour apporter son soutien à leur action. Ces deux associations ont rendu l'information publique hier.

Quelques extraits du courrier, adressé le 22 juillet aux deux associations : "la coexistence est difficile pour tous mais elle doit être possible et nous ne devons jamais nous résigner".

"Il ne s'agit pas, dans nos régions, de choisir entre l'ours ou l'homme", ajoute Mme Bruni-Sarkozy, selon le texte de la lettre rendu public par les deux associations.

"Dans l'esprit même du Grenelle de l'environnement, il nous faut trouver une voie équilibrée de coexistence. D'un côté, la présence des ours dans les Pyrénées traduit une volonté de protéger la biodiversité, d'autant qu'elle s'inscrit dans le cadre d'engagements internationaux anciens de la France

D'un autre côté, l'adhésion des populations locales constitue une nécessité incontournable
", estime l'épouse du chef de l'Etat.

Elle indique également "se réjouir" de la naissance, en janvier 2007, de deux oursonnes de sa filleule Hvala, baptisées depuis Pollen et Bambou. "Cela représente, enfin, une bonne nouvelle pour l'avenir de l'ours dans les Pyrénées", écrit Mme Bruni-Sarkozy.

Il y a les enfants, le quart monde, les sans-abris, la fondation Emmaüs, Charlie Hebdo qui coule, la liberté de la presse qui s'effrite...Mais Carla Bruni-Sarkozy juge que les ours seront sa première cause à défendre.

 

(Photo ® D.R)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu