Avertir le modérateur

lundi, 09 mars 2009

Qui fera sauter le Vatican, qui estime le viol "moins grave que l'avortement" ?

gogo.jpgOn sait bien que l'Eglise catholique, surtout en ce moment, ferait mieux de faire profil bas. Entre les délires de Williamson, et malgré quelques amendes honorables, sur les victimes de viols perpétrés par des prêtres aux Etats-Unis, le Vatican ne rate pas une occasion de rappeler qu'il est l'un des Etats les plus rétrogrades qui soient.

Dernière boulette en date : une fillette de 9 ans a avorté au Brésil, à 15 semaines, alors qu'elle était enceinte de jumeaux. Sa mère et les médecins ont été excommunié pour cela. Le beau-père de la fillette, qui l'avait violée, lui, n'a pas eu droit à des remontrances de la part de l'Eglise, "car le viol est moins grave que l'avortement". Même si c'est sur une gosse de neuf ans, notez bien.

Explications du cardinal Giovanni Battista Re, préfet de la congrégation pour les évêques au Vatican : "Ces jumeaux avaient le droit de vivre. C'est un triste cas, mais le vrai problème est que les jumeaux conçus étaient deux personnes innocentes, qui avaient le droit de vivre et qui ne pouvaient pas être supprimées. Il faut toujours protéger la vie, l'attaque contre l'Eglise brésilienne est injustifiée, et l'excommunication pour ceux qui ont provoqué l'avortement est juste".

C'est vrai que la pauvre enfant violée elle, n'était pas innocente.

Evidemment, tout le monde n'était pas de l'avis de l'Eglise. Vendredi, le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a vivement critiqué l'excommunication de l'archevêque de Recife, "déplorant profondément en tant que chrétien et catholique qu'un évêque de l'Eglise catholique ait un comportement aussi conservateur".

A préciser que la grossesse de la fillette comportait de hauts risques et mettait la vie de l'enfant en danger (à un âge pareil, tu m'étonnes). L'interruption volontaire de grossesse est toujours interdite au Brésil, sauf en cas de viol ou de danger pour la vie de la mère.

Dernier détail, sur le beau-père de...23 ans : il a reconnu les faits, a avoué violer la petite fille depuis qu'elle a six ans, et abuser également de sa soeur aînée, handicapée, âgée de 14 ans. Un joli coco quoi. Qui risque 15 ans de prison... Mais aux yeux de l'Eglise, il reste un fidèle. "Certes, ce qu'il a fait est horrible, mais il y a tant de péchés graves, et le plus grave est l'élimination d'une vie innocente", justifiait le cardinal brésilien Sobrinho, qui a prononcé l'excommunication.

Mais bon, l'Eglise s'est quand même crue autorisée à mettre son grain de sel. Notez bien qu'à mon humble avis, entre une excommunication et la vie de son enfant, toute mère censée choisirait la première solution.  Mais que peut-on attendre d'une institution qui porte l'hypocrisie en étendard (l'homosexualité de ses membres alors qu'on la fustige ailleurs, le viol, ect...) ?

L'Eglise n'a qu'à continuer son processus d'autodestruction. Avec une politique "interventionniste" aussi désuète et décalée que celle-ci, à notre époque, elle est sur le bon chemin.


mardi, 21 octobre 2008

"Je vais me retrouver face à face avec Dieu, et ça c'est merveilleux"

Avec beaucoup d'émotion et de prescience, Soeur Emmanuelle se confie dans l'une de ses dernières interviews accordée à France 3. "Je suis faite pour l'éternité, pas pour ce siècle" : instinct de prémonition ? Pour celle qui n'avait pas peur de la mort mais qui voulait à tout prix éviter l'agonie, en tout cas, ses prières sont exaucées.

Voici, publiée sur Le Post.fr, l'interview de France 3 :

 

lundi, 20 octobre 2008

Soeur Emmanuelle s'est éteinte à l'âge de 99 ans

Soeur Emmanuelle en visite.jpg

 

Soeur Emmanuelle, la célèbre religieuse qui avait fait don de sa personne aux chiffonniers du Caire notamment, s'est éteinte "dans son sommeil", selon les membres de son association Asmae-Association, à l'âge de 99 ans. Elle devait fêter ses 100 ans le 16 novembre prochain.

La nouvelle vient juste de tomber, Soeur Emmanuelle, de son vrai nom Madeleine Cinquin, étant décédée la nuit dernière.

La religieuse, qui n'avait jamais hésité à médiatiser ses révoltes et à pousser des coups de gueule mémorables, s'était trouvé un alter ego en la personne de l'Abbé Pierre, autre personnalité favorite des Français, décédé lui en janvier 2007.

Avec Soeur Emmanuelle, c'est sans doute encore une des figures phares de la lutte contre la pauvreté, l'exclusion, et de l'appel à la fraternité, qui s'éteint.

Ses obsèques auront lieu dans la plus stricte intimité, mais une messe sera donnée en son honneur à Paris dans environ un mois.

Voici le lien vers une vidéo d'archive de l'INA, alors que Soeur Emmanuelle était au Caire, parmi ses chiffonniers.

Rectificatif : la messe donnée à Notre-Dame de Paris en l'honneur de Soeur Emmanuelle aura lieu cet après-midi, parallèlement à ses obsèques dans le Var, à Callian.

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu