Avertir le modérateur

mardi, 16 juin 2009

Chirac drague et se fait griller par Bernadette

h-20-1576804-1244913138.jpgCela fait une semaine que j'essaie de mettre la main dessus, après une tentative infructueuse sur Youtube : mais là voici enfin ! La fameuse séquence, vue dans le Petit Journal de Yann Barthès, où notre Chichi national se fait griller la main dans le slip (non, pas tout à fait) par Bernadette...Regardez plutôt :

Lire la suite

vendredi, 03 avril 2009

Violer et fouetter sa femme mène à Dieu ?

afghane.jpgSale temps pour les femmes musulmanes...Sale temps pour les femmes tout court. Trois nouvelles, tombées à quelques semaines de distance, autorisent à penser qu'en dépit des efforts fournis un peu partout dans le monde, il n'y a rien à faire pour faire évoluer l'humanité dans le bon sens, celui du respect de la dignité humaine.

On a pu entendre aujourd'hui la secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme, Rama Yade, s'insurger contre une nouvelle loi afghane, qui interdit aux femmes "de quitter la maison sans la permission du mari" et leur "dicte obéissance pour les rapports sexuels, sauf dans les cas où la femme est malade, ou si les rapports sexuels aggravent sa maladie". Autrement dit, cette loi légalise le viol marital. "La femme est tenue d'apporter une réponse positive aux désirs sexuels de son mari." Quelques soient les désirs, devrait-on ajouter.

Essayons de rire un peu, l'Afghanistan s'est engagé récemment à ne plus favoriser les discriminations envers les femmes.

Or, le président afghan, Hamid Karzaï, a donné son aval à cette loi dans un but uniquement électoral auprès de la minorité chiite hazara (qui représente 15% de la population). Selon certains parlementaires, la loi n'a jamais été débattue au Parlement, et permet uniquement à cette minorité de régenter sa vie familiale selon ses souhaits. De nombreux Etats occidentaux ont fait connaître leur vive inquiétude devant cette loi...Inquiétude qui retombera comme un soufflet et sera très vite oubliée.

Fouettée, filmée, politisée

Le même jour, l'Angleterre et le monde découvraient avec horreur la vidéo prise avec un téléphone portable d'une femme pakistanaise fouettée en public. Deux hommes la maintiennent au sol tandis qu'un troisième lui administre 37 coups de fouets pour être sortie de son domicile en compagnie d'un autre homme que son mari. "Elle est sortie de sa maison avec un homme qui n'était pas son mari, on doit la punir. Il y a des limites à ne pas dépasser", a tenu à expliquer un porte-parole des talibans, joint par téléphone par le quotidien britannique.

La malheureuse hurle dans sa langue : "Tuez-moi ou arrêtez", tandis que le supplice s'éternise. La vidéo est visible sur le site en ligne du Guardian, et est franchement difficile à regarder jusqu'au bout.

La vidéo a été publiée sur le site du Guardian, grâce à une anthropologue et documentariste pachtoune, Samar Minallah. Elle met l'accent sur une négociation aux conséquences très graves. Selon Samar Minallah, la scène a été tournée dans la vallée de Swat (nord-ouest du pays), il y a moins de dix jours, et serait donc postérieure à la signature de l’accord du 16 février entre les autorités et les talibans. En échange d’une trêve dans les combats qui font rage depuis deux ans, les fondamentalistes ont obtenu que des tribunaux islamiques travaillent dans cette région.

Pourquoi avoir filmé la scène ? Sans doute pour montrer au monde que les talibans font leur loi, et depuis longtemps.

Punie à 75 ans

Dernière nouvelle du même acabit, cette fois en Arabie Saoudite, parue dans l'édition du Monde du 18 mars. Une veuve syrienne de 75 ans,  Kamisa Sawadi, résidente du pays, a été condamnée à recevoir 40 coups de fouet et à purger quatre mois de prison. Elle avait reçu chez elle deux hommes qui ne faisaient pas partie de sa famille directe. C'est en sortant de son domicile que les deux hommes ont été arrêtés par une charmante milice religieuse, les mutawa. Ils ont eu beau expliquer qu'ils faisaient les courses de la vieille dame, et que l'un d'entre eux était notamment le neveu de son défunt mari, c'était hors du "chemin de Dieu". Pour la peine, fouet et prison pour eux aussi.

Mine de rien, fouetter une femme de 75 ans, même dans un Etat islamique comme l'Arabie Saoudite, ça fait du bruit. Le roi Abdallah , très décidé à éliminer les éléments radicaux de son gouvernement, venait à peine d'instituer des réformes libérales, notamment en limogeant le redouté chef de la police religieuse citée, appelée "Commission pour la promotion de la vertu et la répression du vice". Le remplaçant s'est dit favorable au pardon plus qu'à la répression. A travers ce "fait divers intégriste", les mutawa auraient ainsi montré leur désaccord envers cette tendance à l'ouverture d'esprit...

C'est sans solution

Esclaves de l'égo et des désirs des hommes, sans possibilité de se rebeller, au nom "du chemin pour respecter la Loi de Dieu" (puisque telle est la signification de la "charia")... Faut-il que les hommes soient faibles, lâches et peu sûrs d'eux face à l'autre moitié de l'humanité, pour violence.jpgrecourir depuis des siècles à des "principes de vie" aussi absurdes et injustes.

Il y aura toujours des faibles pour payer et être écrasés par les forts. Les ouvriers par les patrons, le peuple par le dictateur, le Sud par le Nord, les femmes par les hommes, la Nature par l'Homme. C'est sans solution.

Ceux qui lisent, s'informent et prennent connaissance de ces faits, se posent globalement la même question : pourquoi n'entend-on pas les réactions d'autres musulmans, qui ne soient pas intégristes ? Car ils se font étrangement silencieux. Qui ne dit mot consent ?


vendredi, 26 septembre 2008

Les filles peuvent-elles se marier dès 9 ans ?

internet.jpg"Les filles de 9 ans sont aussi capables de mariage que celles de 20 ans et plus". C'était l'un des principes édictées dans une fatwa du théologien marocain Mohamed Maghraoui sur son site "maghraoui.net"; ce site fut fermé sur ordre des autorités, qui ont également fermé ses maisons coraniques.

Cette fatwa ("avis religieux") avait été énoncé sur le site début septembre,  le sieur Maghraoui étant également le fondateur d'une association islamique revendiquant une soixantaine de maisons coraniques.

La presse marocaine et de nombreuses ONG ont réagi violemment face à cette fatwa, polémique qui culmina dimanche dernier lorsque le Conseil supérieur des oulémas, présidé par le roi Mohammed VI, a condamné le religieux. Une enquête a également été ouverte par le procureur du roi à Rabat. Le Conseil supérieur des oulémas a également rappelé qu'il était le seul à être habilité à produire des fatwas, a aussi affirmé le conseil.

Y a t-il un âge minimum pour le mariage des filles au Maroc ? 18 ans, et cela est inscrit dans le Code de la Famille depuis seulement...2004.

mardi, 09 septembre 2008

Louez votre paparazzi et croyez-vous célèbre

1993483014.jpgVous voulez être Paris Hilton ou Britney Spears, éprouvé les mêmes frissons (d'horreur ou de plaisir, c'est selon) alors qu'elles sont traquées par les paparazzis ? C'est possible ! Il y a là de l'argent à se faire, et il fallait y penser.

Aux Etats-Unis, de nouvelles agences de photographes ont vu le jour et vous offrent une vraie-fausse vie de star : c’est le « celebrity kit » de Celeb4aday (Célèbre pour un jour) crée par l'américaine Tania Cowher, 32 ans, il y a huit mois à Austin-Texas. On crie votre nom dans la rue, une -petite- horde de paparazzis vous poursuit et vous harcèle, tous à l'affût d'un précieux cliché vous immortalisant en train d'acheter vos radis ou votre vernis à ongles...Andy Wahrol ne croyait pas si bien dire lorsqu'il parlait du "quart d'heure de gloire" après lequel tout le monde court.

Tania Cowher a un bon flair, puisqu'elle a vu dans la demande toujours croissante de people et de trash, un signe des temps, au point de se dire que "beaucoup rêvaient de ces nouveaux signes de la gloire". Elle a depuis créé des succursales à New York, à L.A et San Francisco. ¨Prix d'une prestation de base : 500 euros, soit 30 minutes et 4 paparazzis au rendez-vous.

"Le but n'est pas de créer un produit mais de vivre une expérience", explique le sociologue américain David Grazian, "il n'y a même pas besoin de mettre un film dans l'appareil photo ! ». Il qualifie les paparrazzis de location de "marketeurs de la réalité".

Par contre désolé, si vous pouvez vous prendre pour Britney pendant 30 minutes, vous n'aurez pas son compte en banque. Au contraire, il faudra saigner un peu le votre pour avoir les mêmes frissons que vos stars préférés : au minimum 300 euros le cliché volé en noir et blanc, façon "chic de Paris", auprès de l'agence Methodizaz, la moins trash de toutes...

La différence entre les stars et vous : pour elles, le harcèlement reste gratuit !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu