Avertir le modérateur

lundi, 25 mai 2009

Susan Boyle : quelques grammes de vrai dans un monde de nuls

jai-vu-jai-lu-susan-boyle-britains-got-talent-2009.jpgIl y a un mois, personne ne connaissait son nom. Au chômage, vivant seule avec son chat Peebles à Blackburn, une petite ville de 4700 habitants dans l'une des régions les plus pauvres d'Ecosse, Susan Boyle, 47 ans, menait le quotidien ordinaire d'une vieille fille timide. Elle a une vie toute petite, mais de grands rêves. En déboulant à Britain's got talent, l'équivalent de notre "Nouvelle Star", elle fait ricaner le jury, qui s'attend à vivre une purge en entendant cette grosse écossaise frisée et sapée dans une robe faite avec ses rideaux. C'était jusqu'à ce qu'elle se mette à chanter.

La vidéo de sa première prestation a été vue 60 millions de fois sur Youtube, Larry King et Oprah Winfrey l'ont invitée sur leur plateau ou l'ont interviewée. Demi Moore admire sa voix qui l'a "émue jusqu'aux larmes", et la Maison Blanche l'aurait également contactée !

Cendrillon des temps modernes ? Plus que jamais. A une époque où la crise fait rage et désespère, où à l'opposé, rien n'est plus monté en épingle que le vide intersidéral de starlettes richissimes siliconnées, révélées et révérées à cause de sex-tapes de mauvais goût, une femme simple, pas très jolie, qui n'a aucune recette de succès avec les hommes à vendre, est en train de devenir une star mondiale. Parce que justement elle est simple, qu'elle est comme tout le monde, et qu'elle chante comme Barbra Streisand. Elle fait rêver en cette époque où même le cinéma n'est plus l'usine à rêves. 

Paradoxales époque et société justement, qui se goinfrent des moindres morceaux de peau d'une Britney Spears ou d'une Paris Hilton, mais qui se ruent aussi sur une simple Susan Boyle, parce qu'elle est une partie de leur reflet, si ce n'est l'intégralité. 

Désolée de vous faire part de ma vie privée, mais en ce moment je lis Belle du Seigneur. Solal, le héros qui séduira sa belle Ariane, se déguise au début en vieux repoussant, mais lui fait la plus belle déclaration d'amour qui soit. Sa belle le repousse effectivement. Débarrassé de son déguisement, redevenu un beau jeune homme, il lui explique qu'elle et ses semblables sont abjectes, de juger l'aspect plutôt que l'âme. Cette parabole rappelle étrangement l'histoire de Susan Boyle : le jury le premier, s'est d'abord arrêté devant son allure peu engageante. Il a fallu qu'elle ouvre la bouche pour que l'âme soit dévoilée. Ils s'attendaient à rire, ils ont finalement pleuré. Preuve que notre société ne sait pas toujours faire la part des choses, mais qu'elle peut encore découvrir des perles, quand elle s'en donne la peine.  

"Vous êtes vraiment une dame spéciale, vraiment", lui a dit Simon Cowell, l'un des juges de "Britain's got talent" après sa performance d'hier. Il s'est ensuite excusé justement, pour le mauvais accueil qui lui a été réservé la première fois : "Vous nous avez rendu ridicules et stupides, et je suis très heureux pour vous, et fier."

"J'ai voulu montrer que je pouvais faire quelque chose de ma vie"

susan.jpgAvec Susan Boyle, l'espoir de voir le vrai talent, naturel, inné, récompensé, revit. Grâce à elle, tout un chacun peut se dire "moi aussi je peux y arriver". Les cyniques trouveront ça niais, et certes nous sommes simplement dans le domaine de la chanson, n'empêche que c'est encore ce sentiment qui fait faire aux hommes la plupart de leurs grandes actions, celles qui donnent un sens à leur vie, même toute petite. 

Elle a confié dans une interview, qu'elle s'est inscrite à l'émission britannique en hommage à sa mère décédée. "J'ai voulu lui montrer que je pouvais faire quelque chose de ma vie". Dernière d'une fratrie de neuf enfants, Susan avait des difficultés d'apprentissage à l'école, subissait déjà les moqueries de ses camarades. Plus tard, elle a du mal à trouver du travail, mais chante dans les karaokés locaux et dans les chorales des paroisses. Pour celle qui n'a pas eu une vie de princesse, le conte de fées ne fait sans doute que commencer. "Elle a suscité une réaction formidable à cause de ce phénomène qui est YouTube -c'est maintenant partout dans le monde et elle réagit plutôt bien", confiait le frère de la nouvelle star, Gerry Boyle. "Mais je crois qu'elle commence un peu à réaliser".

Certes aujourd'hui, l'aventure devient plus marketing : si elle a confié n'avoir

susan_boyle_hair.jpg

jamais été embrassée par un homme, l'Ecossaise a tout de même revu un peu son look, en acceptant une permanente plus lisse, une teinture et des robes plus apprêtées. Mais la candeur reste. L'habit ne fait pas le moine...C'est couru d'avance que Susan Boyle gagnera la finale de l'émission dimanche prochain. Elle empochera un chèque de 115 000 euros, et le droit de se produire devant la reine d'Angleterre. Si Hollywood ne s'empare pas de cette histoire pour en faire un film...

Son interprétation de "Memory" qui lui a valu sa qualification en finale hier soir :

 

 

Et son interview par Larry King :


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu