Avertir le modérateur

mercredi, 16 septembre 2009

Mambo : 6 mois de prison ferme pour la jeune femme accusée

200909161721_zoom.jpgPapier actualisé le 16 septembre 2009 :

Le jugement est tombé hier pour "la tortionnaire de Mambo" : 6 mois de prison ferme et 6 mois avec sursis. La jeune femme de 22 ans, qui a aidé à brûler le chien, risquait cependant 3 ans de prison ferme. Au tribunal de Perpignan, 200 personnes se sont pressées pour assister à ce procès, auquel même Mambo, toujours sous bandages, était présent, "car c'est sa place en tant que victime", a estimé le procureur.

Aurélie, 22 ans, est décrite par les journalistes assistant à l'audience comme ayant "le physique et le mental d'une adolescente de 16 ans". En survêtement noir, cette jeune plongeuse en fin de contrat a plaidé son innocence. Christian Goutorbe, de la Dépêche du Midi, cite les échanges entre l'accusé et l'avocat général :

« Lorsque je suis allée chercher le chien, je ne pensais pas qu'ils allaient le brûler. Au moment où cela s'est produit, je n'étais plus là » explique-t-elle avec maladresse. « Faux » reprend l'avocat général Miquel. « Vous avez menti pendant les premières heures de garde à vue et vous mentez encore aujourd'hui. Vous saviez que Jérémie (le mineur de 17 ans également accusé, ndlr) avait aspergé le chien avec de l'essence. Et vous étiez tout près de l'action puisque vous êtes capable de la décrire très précisément. Ce que vous avez fait cette nuit-là est barbare et lamentable » assène l'avocat général.

Juste avant lui, les questions et les lectures des pièces du président Castaing avaient permis de remonter le fil de cette histoire scabreuse. Jérémie asperge le chien d'essence. «Tout le monde s'est mis à rire lorsque le chien a pris feu » raconte Aurélie. Elle aussi a ri. « Pas longtemps » précise-t-elle. Elle écope donc d'une « peine exemplaire» selon la présidente de la SPA.

Correction faite par rapport aux précédentes informations, le procès de "Jérémie" se tiendra le 17 décembre prochain, et l'on précise déjà que son casier judiciaire était déjà bien fourni avant cet acte de cruauté.

Le martyr devenu star

La presse souligne partout que la notoriété de Mambo atteint des sommets inégalés depuis Lassie ou Rintintin. De nombreuses personnalités auraient envoyé des dons : Michel Drucker aurait envoyé 800 euros au siège de la SPA à Paris. On murmure le nom de Zinedine Zidane et de certains politiques. Sans oublier Alain Delon, cité dans l'article précédent, Brigitte Bardot et la SPA. Où s'arrête la réalité, où commencent la fiction et les rumeurs... Peu importe pourrait-on dire. Tout le monde s'est réjouit du bon état de santé de Mambo, qui s'améliore de jour en jour. Comme le souligne une consoeur du Figaro, "il n'aura plus à souffrir que les affres de la médiatisation".

(Photo : Mambo dans les bras de Virginie Pocq Saint-Jean, présidente de la SPA - Crédit la Dépêche du Midi)

......................................................................................................................................................................................

Article du 15 septembre 2009 :

C'est aujourd'hui que la jeune femme de 22 ans, accusée de complicité pour avoir brûlé le chien Mambo, le 10 août dernier à Espira de l'Agly, va être jugée au tribunal correctionnel de Perpignan. Le mineur de 17 ans, principal accusé, sera jugé le 17 septembre. Tous deux encourent trois ans de prison pour leur acte de cruauté.

DIVERS vpsj 005.jpg

Certes, la mobilisation autour de Mambo, devenu un véritable symbole, est importante, et nombreux sont ceux qui réclament une peine exemplaire, "à la mesure de la gravité de l'acte", comme le souligne Dany Goizé, la future adoptante du chien. Mais le procureur de la République à Perpignan, interrogé par le Post.fr, donnait une toute autre idée du possible jugement :

"Le jeune mineur de 17 ans, principal auteur des faits, reconnaît et regrette, mais est bien incapable d'expliquer pourquoi il a fait ça. Il risque trois ans de prison et peut bénéficier d'une excuse de minorité. La jeune fille de 22 ans, complice des faits, ne savait pas ce que son ami comptait faire. Elle l'a aidé malgré elle, elle est traumatisée d'avoir indirectement participé à cet acte barbare. En théorie, elle risque également trois ans de prison pour complicité et, comme elle est majeure, ne pourra pas bénéficier d'une excuse de minorité."

Il y a dans ces paroles toutes les raisons de s'inquiéter, ou plutôt, de ne pas être étonné. Des expressions comme "excuse de minorité", quand on est à un an de la majorité, et que bien souvent, on en sait tout autant qu'un jeune adulte de 25 ans, ou comme "elle l'a aidé malgré elle", sonnent presque comme des insultes et donnent de la justice, à la complaisance suspecte, une piètre image.

Ne rêvons pas : malgré la colère populaire et la mobilisation générale, y compris de personnalités (Alain Delon aurait fait envoyé son vétérinaire personnel pour soigner Mambo), il est plus que probable que les deux accusés, y compris la personne majeure, se verront attribuer une peine symbolique, mais pas dans le sens attendu. Avec des "excuses de minorité" et autres faiblesses psychologiques invoquées, il est fort à parier que les deux accusés s'en sortiront sans y laisser trop de plumes.

Je ne vais pas faire le procès de la justice avant même que le procès des deux accusés ait commencé et qu'un jugement ait été rendu, mais j'avoue mon pessimisme. A ceux qui attendent un châtiment presque médiéval, je serai tentée de répondre : "Passez votre chemin". Nous risquons fort d'entendre un verdict des plus cléments. La question que je me pose volontiers : "Pourquoi une telle indulgence ?" Je ne suis malheureusement pas assez calée en matière judiciaire pour apporter une réponse.

La suite donc au prochain épisode.

Pour "manifester" :

Vous pouvez signer la pétition en ligne, déjà 11 000 signatures recueillies pour Mambo.

Pétition : Justice pour Mambo

Vous inscrire sur le groupe Facebook, passé de 3000 à 10 000 membres en une semaine, qui vous donnera des informations régulières.

vendredi, 04 septembre 2009

Mambo : succès et santé grandissants

DIVERS vpsj 012.jpg

Vous avez été très nombreux à réagir à l'histoire de Mambo, ce petit croisé pinscher incendié sur la place d'Espira de l'Agly. Voici quelques nouvelles.

Aujourd'hui, d'après les nouvelles reçues par l'intermédiaire de la présidente de la SPA, Mambo va bien mieux... Sa douleur est bien gérée, il boit, mange, n'a même pas peur des manipulations pour le soigner. Il fait presque la fête aux personnes qui s'occupent de lui. Il aurait même fait ses premiers pas le 27 août dernier. L'ablation de sa queue -qui a servi de mèche aux deux inculpés pour y mettre le feu- n'est plus envisagée comme c'était le cas il y a encore quelques semaines. Et l'euthanasie n'est désormais qu'un méchant souvenir.

Mambo reste encore faible évidemment, et aura besoin de plusieurs mois de soins intensifs. De l'avis des vétérinaires qui s'en occupent, il gardera probablement des séquelles graves toute sa vie, comme une difficulté à se mouvoir et une sensibilité au soleil. Mais il semble tiré d'affaire pour ce qui est de sa vie. La personne qui l'a recherché dans tout le village et qui l'a mené au dispensaire, Dany Goizé, par ailleurs bénévole de la SPA et responsable des enquêtes dans cette région, s'est portée volontaire pour l'adopter dès que sa santé le permettra.

Un soutien national

Depuis le 10 août, date du drame, l'affluence de soutiens ne fait que s'amplifier à travers la France à l'égard du petit chien martyr. Entre

DIVERS vpsj 021.jpgles manifestations, les envois de dons, de matériel vétérinaire, de médicaments, de jouets et de peluches, de courriers, et même la création d'un groupe sur Facebook, qui compte déjà 5334 membres, Mambo a acquis une réelle notoriété et est devenu le symbole des animaux abandonnés.

Virginie Pocq Saint-Jean, la présidente de la SPA, remercie chaleureusement toutes les personnes qui se sont portées volontaires pour adopter Mambo. Elle souligne cependant que le mieux à faire, c'est de ne pas abandonner son animal, au risque de le livrer aux accidents et aux tortures de ce genre.

En ce qui concerne les deux prévenus de 17 et 22 ans, le procès de la fille, majeure et accusée de complicité, aura lieu le 15 septembre à 14h au tribunal correctionnel de Perpignan, où beaucoup de monde est attendu. En ce qui concerne le mineur de 17 ans, après vingt-quatre heures de garde à vue, il a finalement été mis en examen pour sévices graves envers un animal par le juge pour enfants puisqu'il est mineur. Il  n'a pas été incarcéré comme le souhaitait à un moment donné le parquet de Perpignan puisque la peine encourue (deux années d'emprisonnement) est inférieure à trois ans. Le placement au foyer a été refusé par le juge des libertés. Il a finalement été laissé libre sous contrôle judiciaire au domicile de ses parents avec interdiction de sortir la nuit.  Il comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Perpignan en décembre prochain.

Pour relire le précédent article sur le drame

vendredi, 21 août 2009

Le martyre d'un chien errant déchaîne la colère d'un village

mambo.jpgDeux ans et demi, brûlé au 3ème degré sur 40% du corps. C'est ce qui est arrivé le 10 août dernier, à un petit chien errant dans la commune d'Espira de l'Agly. Arrivant sur la place du village, près d'un groupe de jeunes "désoeuvrés", le chien, un croisé pinscher, a été attrapé par une femme de 22 ans, qui le tenait tandis qu'un jeune de 17 ans l'a aspergé d'essence, avant d'y mettre le feu. L'animal est parti en hurlant et n'a été retrouvé que le lendemain par une bénévole de la SPA.

Hospitalisé dans un dispensaire de l'association, le chien baptisé "Mambo" est en soins intensifs, et d'après les premiers avis vétérinaires, extrêmement touché et terrorisé. Des perfusions de morphine ont été nécessaires, et l'animal doit être anesthésié pour que l'on change ses pansements.

Les habitants d'Espira de l'Agly, petit village près de Perpignan, ont défilé, indignés, lundi 17 août, pour dénoncer cet acte de cruauté, contre lequel la SPA et la Fondation Brigitte Bardot, ainsi que le maire de la commune, ont déjà porté plainte. Il a fallu attendre le jeudi pour que les deux responsables soient appréhendés, les langues ayant fini par se délier. "Dès le lendemain, on savait qui avait pu faire un coup pareil. Depuis, beaucoup de gens du village sont très remontés et veulent lui casser la figure. On ne peut pas s'en prendre de cette façon-là à un animal", témoigne un adolescent dans le Parisien daté d'hier, visiblement écoeuré. Selon quelques habitants qui avaient croisé le chien dans le village quelques jours auparavant, il n'avait rien d'agressif. Selon l'AFP, les deux prévenus comparaîtront en décembre devant le tribunal correctionnel de Perpignan.

Une réelle mobilisation s'est créée autour de Mambo. Le dispensaire a reçu plusieurs nécessaires pour grands brûlés et autres médicaments, et la SPA locale a reçu plusieurs promesses de dons.

Au-delà de l'acte de cruauté innommable, ce chien semble être devenu le symbole de ces animaux abandonnés l'été, laissés errants, dont il faisait sûrement partie. Accidents de la route, tortures, ils sont des milliers comme lui à subir la lâcheté de leurs maîtres.

Pour envoyer vos dons à la SPA :

SPA - Société protectrice des animaux 39, boulevard Berthier 75847 Paris Cedex 17

01 43 80 40 66

N.B :

Les nombreux commentaires choqués de l'emploi du mot "désoeuvrés", pour désigner les deux c**** qui ont perpreté cet acte de cruauté, m'ont fait réaliser qu'une paire de guillemets manquait cruellement pour en montrer le sens ironique. C'était l'intention de départ, et un fâcheux oubli. Toutes mes excuses pour cette omission, qui en plus, aurait pu faire croire que je cherchais des circonstances atténuantes à deux o**** pareilles.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu