Avertir le modérateur

lundi, 02 mars 2009

Beigbeder et Nelson (Melody, pas l'Amiral)

couverture.jpgFrédéric Beigbeder, Au secours pardon (2007)

Rescapé du sabotage de 99 francs, Octave is back ! Et il est bien décidé à dénicher la plus belle fille du monde, qui se situe quelque part entre Moscou et Saint-Pét'.

Elle peut difficilement être ailleurs : si l'URSS a détruit toutes les vieilles fortunes du temps des tsars, la Russi moderne a favorisé l'ascension des nouveaux riches, ceux qui achètent Chelsea FC, passent leur vie entre Courchevel, Rublovka et Antibes, s'entourent de filles de 15 ans (13 dernière limite, en dessous elles ont vraiment l'air trop jeunes), et deviennent les parents de fils-à-papa qui profitent d'être jeunes dans les night-clubs RnB (= Rich and Beautiful) qui ont poussé comme des champignons autour des statues de Lénine et Dostoïevski. Qui dit pays comportant le plus grand nombre de milliardaires au monde dit par conséquent pays offrant la plus grande probabilité de trouver de très belles filles.

Octave est à peine sorti de prison et on l'a envoyé en exil en Russie pour le compte de L'Idéal, leader mondial dans la cosmétique, qui veut se débarasser d'une ambassadrice désormais trop vieille (traduction = elle a plus de 20 ans) ; il vient d'avoir ses 40 ans qu'il n'a pas fêtés et arpente le pays mal coiffé, en baskets et pull moulant Zadig et Voltaire, divorcé de sa deuxième femme parce qu'elle avait le même âge que lui. Octave n'a rien contre le fait de vieillir mais préfère le laisser aux autres : accepter de vieillir c'est bon pour ceux qui ne sont pas au pouvoir. Après la publicité, le voilà donc propulsé dans la mode, au coeur d'un nouveau système déshumanisé qui confond mannequins et mouchoirs en papier. Il n'y a que Kate Moss qui soit capable de relancer sa carrière grâce à la coke.

Après une série d'échecs, Octave échoue dans une église dont il connait le pope, et là, ô miracle ! Ce dernier va le lancer sur la piste de la fille d'une fidèle. Lena Doytcheva, 13 ans, attend sagement le retour de Vitaly, et évidemment Octave va tomber amoureux fou de la gamine ingénue. Vous devinez la suite ! Frédéric lui aussi doit être tombé amoureux de Lena puisqu'elle lui sert de prétexte pour changer radicalement de style et se transformer en poète pour celle qui incarne la perfection contemporaine. Et ça lui va plutôt bien : Nabokov et Serge Gainsbourg n'auraient pas fait mieux. Mais chassez le naturel, il revient au galop. Et Octave, après avoir perdu sa Lolita, retourne chez le prêtre et Beigbeder à son style habituel. On ne vous dira pas la fin pour autant ...

 

FredericBeigbeder.jpg

 

Toujours contradictoire avec lui-même, toujours fidèle à lui-même, toujours aussi pessimiste vis-à-vis de ce qu'il peut rester d'humain chez l'homme du 21ème siècle, non pardon : du consommateur du 21ème siècle, toujours aussi chroniqueur mondain - pilier solide des nuits parisiennes les plus huppées - chouchou de Saint Germain des Prés - bourgeois de Neuilly devenu un écrivain sous ecstasy, Frédéric écrit peut-être avec les pieds et est peut-être à la mode mais ce qu'il dit n'est pas toujours nul. D'une part il n'est ni Hugo ni Baudelaire mais Gainsbourg ne l'était pas non plus. D'autre part Au secours pardon pourrait avoir pour titre Splendeurs et misères des courtisanes nées après la chute du Mur. On ne peut pas être sur-con quand on a été dans la promo Sciences-Po 86. Quoique, comme dirait Anne Roumanoff ... Non, je dérive.

J. S.



samedi, 15 novembre 2008

Le cauchemar : Poutine, Kadhafi et Mireille Mathieu dans la même pièce

En ce moment c'est la pleine lune, je ne sais pas vous, mais moi je dors mal. Résultat : cette nuit encore, un mauvais rêve. Pire encore que celui de Coluche qui avait rêvé qu'il était noir, juif, homosexuel et enfermé dans une pièce avec Le Pen : j'ai rêvé que j'étais en Russie dans la même pièce que Poutine, Kadhafi et Mireille Mathieu réunis.

Une fois réveillée, on se dit que ce n'est qu'un mauvais rêve. Ouf.

Surprise à buller devant une quelconque émission à la con sur les people, made in M6, la réalité dépasse la fiction : Poutine, Kadhafi et Mireille Mathieu ensemble dans la même pièce ! Bigre, c'était pas du flan.

Franchement, imaginez-vous un seul instant en compagnie de ces 3 illustres personnages...En fait, il faut bien une vidéo de Youtube pour se figurer la scène, tant l'imagination avoue sa faiblesse sur un coup pareil :

 

Parlez-en ! :

lundi, 13 octobre 2008

Poutine nous présente sa tigresse...Graou !

573491.jpgPour son 56ème anniversaire, Vladimir Poutine a reçu un présent des plus originaux : une jeune tigresse de l'Amour de deux mois et demi.

Lui qui est sans doute considéré comme l'homme le plus impressionnant de Russie, s'est fait tout tendre et aimable devant cette boule de poil de 9kg. Il ne lui a pas encore donné de nom mais hésite entre "Mashenka" ou "Milashka".

"Chut, ne criez pas, ne faites pas de bruits"...Tel fut l'essentiel des mots accordés par l'actuel Premier Ministre russe aux journalistes venus dans sa résidence de Novo-Ogarevo, près de Moscou, lors de la "présentation" de son nouvel animal de compagnie. La belle tigresse était bien mise en valeur, dans un charmant panier au tissu imprimé...tigre (la classe).

La vie de la petite tigresse en compagnie de cet autre tigre russe qu'est Poutine, ne devrait pas être longue : "Elle doit vivre dans des conditions normales. On va la confier à un zoo". C'est vrai qu'être le témoin des tactiques politiques de Poutine, ça ne doit pas être une vie...

Toujours est-il que Poutine n'a pas besoin de service de com' pour faire sa pub et dorer son image qui brille déjà beaucoup auprès du public féminin russe...Entre ses muscles d'acier, sa maîtrise du judo et son habileté à user de la gâchette, il y ajoute l'amour des animaux...Poutine sex-symbol ?

 

 

lundi, 01 septembre 2008

Vladimir Poutine shoote un tigre : trop fort ?

2104329773.jpgAlors que la Géorgie est envahie de troupes russes (invasion en grande partie imputée à Vladimir Poutine), et que l'Europe se demande comment arrêter le conflit, l'ancien président continue de bander ses muscles et montre, comme le souligne le site britannique Thisislondon, qu'il est un homme "à qui on ne la fait pas". Et ce, même lorsqu'on est un tigre !

La chaîne de télévision russe Rossiya (chaîne officielle) a carément ouvert son journal avec cette information : alors qu'il accompagnait une équipe de spécialistes dans la forêt d' Ussuriyskiy, une réserve sibérienne de l'Académie des Sciences de Russie, une tigresse se serait échappée de son piège, mettant en danger une équipe de journalistes. Aucun problème : le Premier Ministre russe empoigne un fusil tranquilisant, ne rate pas l'animal, et permet doublement, aux spécialistes d'ausculter l'animal, et aux journalistes de se sentir mieux.

Si les médias russes sont dithyrambiques, la chaîne Rossiya allant jusqu'à dire que Vladimir Poutine a littéralement sauvé la vie de son équipe de journalistes, les médias anglais sont plus sceptiques, et s'étonnent que des photographes et caméramans se soient trouvés là où il fallait pour immortaliser le tir...

Autre remarque troublante : Poutine serait venu sur place en hélicoptère, aurait poursuivi sa visite en 4x4 et enfin, serait arrivé à pied, exactement au moment où l'animal se serait libéré de son piège...

Alors, Poutine, faux héros et vrai macho ? Certains médias étrangers n'hésitent pas à affirmer que cette "chasse" aurait été organisée pour renforcer l'image macho de Poutine, très populaire en Russie, surtout depuis ses vacances en Sibérie l'an passé, où, alors Président, il posait allègrement torse nu devant les photographes (le site officiel du Kremlin n'a pas manqué de publier ces quelques photos de vacances...)

L'équivalent russe de Youtube publie la vidéo de "l'exploit", vu sur la Rossiya.

jeudi, 21 août 2008

"Choses vues dans la Géorgie en guerre", reportage signé...BHL.

1128743645.jpg"Choses vues dans la Géorgie en guerre",  un reportage signé Bernard-Henri Lévy, philosophe de son état (enfin, c'est ainsi qu'il se présente) qui joue au journaliste.

2800 mots livrés sur une double page du Monde (Marianne ne manque pas de faire remarquer qu'à chaque fois que BHL nous livre son dernier reportage, cela prend obligatoirement une double page, tant l'événement est d'importance).

Les commentaires fusent : "un bon petit soldat de l'Empire", "S'il le demande, je peux lui donner quelques cours afin de comprendre une toute petite partie de ce que représente le Caucase en relations internationales. Avec tout mon respect."

"Perdu dans les méandres de l'auto-fiction, BHL se regarde écrire", signé JiJi.

Dès qu'un conflit se déclare dans le monde, on peut être sûr que BHL s'y rendra. On a eu BHL à Kaboul, à Pnom Penh, à Sarajevo (où il est aujourd'hui de notoriété publique qu'il ne joua pas les héros), à Karachi, et maintenant à Gori.

"Perdu dans les méandres de l'auto-fiction, BHL se regarde écrire" disait un internaute sur la page de commentaires. C'est exactement cela. Voulant sortir de sa retraite dorée germanopratine ou marocaine, BHL se paye un petit voyage dans le Caucase pour se donner l'impression d'exister en tant que regard sur un événement : "j'ai vu", "j'arrive aux faubourgs", "j'avance de quarante kilomètres"...Rapporte t-il des faits ou livre t-il son autobiographie ?

Grâce au précieux regard de BHL sur le conflit, on en apprend beaucoup : que les Russes sont "bouffis d'importance et de vodka", des "Cosaques" qui sèment la terreur "dans leur sillage, pillent, violent, assassinent". Les descriptions des lieux ne sont pas épargnées : Gori est "une ville géorgienne. Or ils l'ont brûlée. Pillée. Réduite à l'état de ville fantôme. Vidée." On croirait du Tolstoï. De leur propre aveu, rapporté par BHL, ils soutiennent le Hezbollah et le Hamas contre Israël. Voilà pour les méchants.27650841.2.jpg

Face aux méchants, un héros, bhlien s'entend : le président géorgien Saakashvili, qui écoute "le récit" du philosophe "dans sa résidence présidentielle d'Avlabari". "Jeune, très jeune, francophile et francophone, féru de philosophie, démocrate, européen". Saakashvili fait partie de ces héros-résistants "défendus" par BHL, de Massoud à Izetbegovic (président de la Bosnie-Herzégovine de 1990 à 1996 et philosophe). Et évidemment, il ne fait la guerre que pour se défendre (des méchants).

Dernière remarque piquante : dans son périple digne d'un William Wyler immortalisant les images du D-Day, BHL est accompagné de "la PME familiale", pour citer encore Marianne : Raphaël Glucksmann, fils de son père et rendu célèbre par un documentaire sur le Rwanda, souvent qualifié de naïf, et Gilles Hertzog, lui aussi de tous les "reportages".

La mémoire est souvent courte, mais il faut se souvenir que dans tous ces "reportages", BHL nous livre sa vision du monde, c'est-à-dire une vision en noir et blanc, les méchants contre les gentils, le Bien et le Mal, du manichéisme primaire où la complexité des relations internationales n'a pas de place.

Pourquoi ne s'est-il pas rendu en Birmanie cet hiver, pour rencontrer les bonzes qui manifestaient contre la junte, par exemple ?

Sans doute parce que BHL ne peut pas être partout.

 

  • Aide : "je ne comprends rien à ce conflit en Ossétie du Sud".

En gros, depuis le retour d'un pouvoir nationaliste à Tbilissi en 2004, l'Ossétie du Sud est un enjeu politique entre le président géorgien Mikheil Saakachvili qui souhaite la réintégration des régions sécessionnistes au sein du territoire de la Géorgie et les indépendantistes ossètes, majoritaires en Ossétie du Sud, qui souhaitent une indépendance complète.

Pour une chronologie détaillée du conflit en 2008, voici un lien précieux , agrémenté de nombreuses références et autres liens.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu