Avertir le modérateur

vendredi, 04 novembre 2011

Le Web, c'est la télé du futur

Faut-il prendre les web-séries au sérieux ? C’est le grand débat soulevé par la plupart des critiques des médias et observateurs de la Toile, surtout depuis qu’une petite série a fait son petit bonhomme de chemin jusqu’au festival du rire de Montreux. « Le visiteur du futur », série « cross-média » (mélangeant en l’occurrence web et télévision puisqu’elle est diffusée sur la chaîne NoLife) a été primée meilleur web-série d’humour. En 1 an et une saison, elle a cumulé 2 millions de « spectateurs » avec une moyenne de 150 000 vues par épisode. C’est la web-série n°1 sur Dailymotion. En 2011, elle est classée 8ème dans le Top 10 d'Allociné des meilleurs séries d'humour. Elle compte un site officiel, son merchandising, sa communauté de fans, jusqu’à ses fanarts et fanfictions. Aujourd'hui, la première saison se vend en DVD à la Fnac, la BO se télécharge sur le site officiel, l'équipe fait des sessions dédicaces... Toutes les caractéristiques de la création qui devient culte. « Mais son succès n’a jamais été prémédité » assure t-on. 


Le visiteur du futur saison 2 Theatrical trailer... par SolidVince

Le pire est que c’est sans doute vrai. Retour sur une web success-story.

Tout commence en 2008. Une bande de potes, réunis autour de François et Slim, presque tous condisciples de BTS audiovisuel, sont déjà les seuls à avoir des projets concrets qui tiennent la route. François, « geek en chef », ouvre le blog Frenchnerd « pour expérimenter des vidéos débiles, mais faites avec amour ».

Des courts-métrages suivent, des détournements. Chacun apporte sa pierre à l’édifice, a une compétence à faire valoir (comme réalisateur, chef opé, monteur, comédien bien sûr…) La clé du succès vient de la synergie de ce collectif de geeks qui n’en sont pas tellement.

Frenchnerd fonctionne comme un laboratoire pour contenus web. Bien que lents au démarrage, très vite, ça s’accélère et ça cartonne : les « grands débats » notamment deviennent cultes. Il faut dire qu’en terme de connerie geek, il y a du lourd : sur le principe du untel VS untel, ou concept 1 VS concept 2, deux potes, souvent comédiens amateurs, débattent et improvisent. Milf VS Teen, Ligne 1 VS ligne 2 (du métro), Lambert VS VanDamme, et le désormais mythique Moundir VS Predator que je me fais un plaisir de vous diffuser ici.


Moundir vs Predator par FrancoisDescraques

Mais l’idée originelle et ultime de création restent deux web-séries « J’ai jamais su dire non » et « Le visiteur du futur ». La bande fait une réalisation par semaine, s’éclate à le faire. Le retour du public se manifeste très vite. 40, 50, 100 commentaires en une journée… « L’intérêt d’Internet était que les commentaires se faisaient pratiquement en live », explique François. « Une vraie communauté de fans s’est créée, et les critiques étaient constructives », estime Slim.  Avec les web-séries, c’est un rapport totalement nouveau qui se crée entre le créateur et son public : un échange interactif où le réalisateur voit très vite ce qui plaît et ce qui ne plaît pas, tout en gardant sa personnalité et en ne se laissant pas influencer par des pressions d’audimat.

Geek story

Le web, c’est la télé du futur

Slim (à gauche) et François (crédits : A. Perol)


Est-ce parce que le geek est à la mode que Frenchnerd a décollé ? Pas forcément… « A la base, nous sommes surtout des réalisateurs, pas des geeks. Mais on parodie les poncifs geeks, les ficelles récurrentes, et surtout, on ne se prend pas au sérieux. Ce qu’on fait trouve un écho chez chacun, et tout le monde peut s’y reconnaître. C’est peut-être pour ça que ça plaît », estime François.

A supports différents, formats différents. Et c’est la grande force de Frenchnerd : le quotidien transfiguré par cartoon (« j’ai jamais su dire non ») à la SF qui s’invite dans le quotidien (« le visiteur du futur »), en passant par les détournements classiques, de nombreux mécanismes de l’humour sont expérimentés. Du coup, tout le monde trouve à boire et à manger, ce qui n’empêche pas le collectif d’imprimer son identité et sa griffe, une image de marque justement reconnue et appréciée du public.

Faire du vieux avec du neuf

Bien entendu, et c’est souvent ce qu’on reproche aux web-séries, se pose très vite le problème de la maille. « La question du financement s’est posée depuis le début », raconte Slim. On a des rendez-vous pour essayer de trouver des soutiens. On a aussi plein de propositions, jamais intéressantes. Il n’y a pas de modèle existant pour accueillir ce que nous faisons. La plupart des producteurs essaient même d’appliquer auVisiteur des vieux schémas, et mieux, ont tenté de s’arroger les droits de notre travail et de nous laisser co-producteurs. Simplement pour acheter l’idée de base, et la refaire à leur façon. »

La volonté de récupération étant manifeste, François dit niet à tout. Et préfère se démerder seul, comme il a toujours fait : « Bien sûr qu’on reste ouvert à des discussions pour du fric. Mais est-ce que le buzz n’est pas plus intéressant en fin de compte ? Avec le mini-business des produits dérivés, on défraye toute la production, et c’est déjà pas mal ! Peut-être que sur le long terme c’est une solution… »

Parmi les multiples solutions envisagées pour voir plus grand, l’eldorado du sponsoring ne fait rêver ni François ni Slim. Aucune envie d’écrire pour faire plaisir à un annonceur. Le seul censeur, c’est le public : « Des événements comme la Comic Con France ou le Japan Expo sont d’extraordinaires occasions de rencontrer les fans, et on y tient, assure Slim. C’est la magie d’Internet, on a pris conscience qu’on avait un public en chair et en os. Mais on ne se prend pas pour des peoples. On reste accessible, c’est normal. »

Précisément, la réflexion sur les modèles économiques en entraîne une autre sur cette proximité : serait-elle aussi facile à garder en dehors du « modèle Internet ? » Pas sûr… « En même temps, on fait quelque chose de très Web, pas télévisuel, même si esthétiquement ça y ressemble. Quand j’entends des vieux cons me dire « vous méritez mieux qu’Internet », je leur réponds que ça ne me dérange pas de travailler sur le média de l’avenir ! Le public n’ira pas nous voir à la télé. Ce qu’on fait appartient au Web. Et la télé n’est plus le média de l’avenir », rigole François.

Parole de geek !


Plus d’infos :

Frenchnerd : www.frenchnerd.com

Le site officiel du Visiteur du futur : www.levisiteurdufutur.com

 

mercredi, 08 juin 2011

Et pendant ce temps, au Japon...

Affaire DSK, bactérie tueuse, festival de Cannes et Roland-Garros... Trop d'actu brûlante pour qu'on s'intéresse encore à ce dont on ne faisait que parler il y a à peine 3 mois : la situation au Japon. J'ai eu envie d'avoir le point de vue et l'analyse d'une Japonaise sur son pays deux mois après la catastrophe naturelle et nucléaire. Miwako est une jeune urbaine active de 28 ans, mariée à un Américain. Tous deux vivent à Tokyo, dans le quartier branché de Shibuya. Elle a perdu sa tante dans la catastrophe, certains de ses amis ont eu à vivre de terribles moments. Pourtant, elle retient surtout l'extraordinaire puissance d'âme de ses concitoyens face à l'adversité, et l'admiration qu'ils suscitent. Sans oublier ce que la catastrophe lui aura rappelé, et que le Japon sait depuis le début de son histoire : c'est la Nature qui rest toute-puissante...

christ.jpgJe me suis installée à Tokyo à 18 ans, il y a 10 ans. J'ai grandi dans une toute petite ville, Tokyo était donc la ville de mes rêves, et encore maintenant, elle est très spéciale pour moi. En octobre dernier, j'ai épousé un Américain, et nous vivons aujourd'hui à Shibuya, l'un des quartiers les plus branchés et peuplés de Tokyo. Mais la principale raison pour laquelle nous avons choisi ce quartier, c'est qu'il y a un grand parc à proximité, où nous pourrions nous réfugier en cas de danger. Et nous pouvons rentrer chez nous à pied du bureau. Ces critères étaient importants pour moi, au cas où le grand tremblement de terre dont on parle tant se produisait à Tokyo. Tout le monde se moquait de moi quand j'en parlais, mais depuis ce qui s'est passé, je suis heureuse d'avoir fait ce choix.

-J'ai appris que ta tante avait péri dans la catastrophe. Je sais que c'est difficile de parler de ça aussi tôt, mais peut-être peux-tu nous expliquer ce qu'il s'est passé ?

J'ai perdu ma tante lors des événements, elle était à Tokyo et assistait à une cérémonie de remise de diplômes de l'école où elle était professeur de technologie. La cérémonie avait lieu au « Kudan-Kaikan », un des plus anciens immeubles de Tokyo, construit en 1934, tout le monde l'adorait. Mais il n'a pas résisté au tremblement de terre. Avec les secousses, le plafond de la pièce où se tenait la cérémonie s'est effondré. Plus de 60 personnes ont été blessées, et deux professeurs ont été pris sous les décombres, et sont morts. L'une des deux était ma tante. Quand le tremblement de terre s'est produit, la cérémonie s'achevait 10 minutes plus tard. J'ai trouvé une vidéo sur Youtube qui montre ce qui s'est passé. Certains professeurs filmaient : http://www.youtube.com/watch?v=8qjpyMDawRg (comme vous pouvez le constater, la vidéo a été retiré de Youtube et le compte qui l'a publiée, fermé.)

Ce matin-là, ma tante et mon oncle parlaient du tremblement de terre qui s'était produit en Nouvelle-Zélande. Ma tante a dit à son mari : « Prends soin de toi, on ne sait pas ce qui peut se passer ». C'était la dernière fois qu'ils se parlaient.

Après le tremblement, mon oncle lui a envoyé un mail pour savoir si tout allait bien, mais évidemment, il n'eut aucune réponse. Quelques heures plus tard, la police l'appelait pour lui apprendre sa mort. Elle n'a vraiment pas eu de chance : le seul immeuble à s'écrouler à Tokyo a été celui-ci. Mais dans un autre sens, elle a eu un peu de chance : selon les médecins, elle serait morte sur le coup, donc elle n'a pas du souffrir. Et malgré les blessures, son visage était toujours aussi beau à son retour auprès de nous. Nous n'avons pas pu lui dire au revoir de son vivant, mais nous avons fait une belle cérémonie avec la famille et ses amis. Quand on voit qu'à Miyagi ou à Fukushima il y a encore des milliers de disparus, nous sommes vraiment reconnaissants auprès de ceux qui l'ont secouru. C'est évidemment une perte très douloureuse pour nous.

- Comment tes amis, tes proches, ont-ils vécu ces événements tragiques ?

Une de mes amies, Naomi, était à Mito, dans la préfecture d'Ibaragi, pour voir ses parents. Les médias n'ont pas tellement parlé des dégâts là-bas, mais ils étaient sévères. Les bords de mer ont pris le tsunami de plein fouet, et le reste a été détruit par le séisme. Heureusement, la maison de mon amie était dans les montagnes, mais une partie s'est effondrée, et les secousses persistent encore là-bas, donc l'état de la maison se dégrade de jour en jour. Pendant 3 jours, elle n'a eu ni eau, ni gas, ni électricité, et son portable ne marchait évidemment plus. A Tokyo non plus d'ailleurs, parce que les lignes étaient saturées. Mais on pouvait aller sur Internet grâce aux portables, du coup beaucoup de gens sont passés par Facebook ou Twitter pour voir si leur famille, leurs amis allaient bien. Il a fallu quelques jours pour réparer un minimum dans cette région, mais ça a pris moins de temps qu'ailleurs. Du coup, la famille de Naomi a proposé aux voisins qui n'avaient plus d'eau courante de venir se laver chez eux. Ils possèdent aussi quelques appartements, dont certains n'étaient pas loués. Ils les ont proposés aux gens qui avaient perdu leur maison dans le désastre.

Naomi voulait rentrer à Tokyo pour voir si tout allait bien chez elle, mais elle a du attendre 15 jours, parce que la voie n'était pas dégagée. Un de ses amis voulait venir la chercher, mais il n'y avait plus d'essence.

 

- Comment la population gère t-elle l'après-tsunami ? Observe t-on de l'entraide, une cohésion entre les gens ?

Dim tokyo tower.jpgChacun fait ce qu'il peut, même l'Empereur et l'Impératrice. Chaque jour, ils éteignent toutes les lumières pendant 2 heures pour économiser l'électricité. A Tokyo, on essaie d'économiser autant que possible. Beaucoup d'entreprises ne mettent plus la clim, éteignent un maximum de lumières. Toutes les illuminations de Tokyo, qui consomment énormément, ont été éteintes. En fait, je n'ai jamais vu Tokyo si sombre depuis la catastrophe... Mais il y a une certaine beauté dans cette obscurité.

Après le séisme, de nombreuses personnes ont pris des initiatives pour aider les gens de Tohoku. Par exemple, un étudiant a créé un site Internet où l'on peut s'inscrire gratuitement pour mettre en contact des gens qui avaient perdu leur maison, ou qui devaient être évacués, et des gens qui offraient un appartement, une chambre pour les loger. (http://roomdonor.jp/)

Pour ma part, je travaille dans une société de bâtiment, qui construit des maisons en prêt fabriqués. Des équipes ont été envoyées à Minami Soma, près de Fukushima, pas très loin de la centrale. Elles sont restées sur place un mois. Le gouvernement avait demandé que 12 000 maisons soient construites avant mai. Mais à cause des répliques sismiques et du manque de matériel, cela a pris du retard, et tout n'est pas encore terminé aujourd'hui. Ils travaillent sans relâche, sans un jour de repos. Mais personne ne se plaint. Un ouvrier m'a dit d'ailleurs que la ville avait été totalement détruite, et que c'était terrible de voir les dégâts, et que c'était pour ça qu'il voulait faire tout ce qu'il pouvait pour aider.

Au Japon, on a une saison des pluies, qui doit arriver prochainement. Il faut absolument que les décombres soient dégagés d'ici là, sinon on devra affronter le risque d'une épidémie. Avec la chaleur, la vermine va se répandre, et ça sera une nouvelle catastrophe. Pour éviter ça, beaucoup d'ouvriers ont été réquisitionnés pour nettoyer la ville. Il y a même eu des agences de voyage qui ont organisé des "volontaires tour", pour recruter des bénévoles, et les billets se sont vendus à toute vitesse. Le problème reste que sur place, il n'y a rien pour accueillir autant de gens sur une longue période. Chacun contacte donc au préalable les centres de volontaires, pour savoir quels sont les besoins.

Il reste encore beaucoup de disparus, et on retrouve des cadavres encore aujourd'hui. L'armée américaine et la défense japonaise font même des recherches en mer, mais il reste 11 601 personnes disparues. Aux infos, on parle de 14 435 morts, mais les chiffres ne sont même plus importants. Ce qui reste, ce sont des familles, des amis, des collègues de travail... Le séisme s'est produit si soudainement, personne ne s'y attendait, beaucoup de gens ont perdu des proches sans y avoir été préparés. Il y a de nombreux psychologues qui s'occupent des survivants, mais je ne suis pas sûre qu'ils arriveront à s'en remettre. Le Premier ministre Kan dit qu'il tiendra le moral du pays jusqu'au bout, mais quand est-ce que ce sera fini ? Qui peut le dire ? Je pense qu'on ne peut jamais complètement tourné la page, parce qu'il nous reste les souvenirs. Bien sûr, on sait qu'on doit continuer à vivre, mais c'est un sentiment très lourd à porter. Ressentir est bien différent de comprendre...


-D'un point de vue très concret, quelle est la situation aujourd'hui au quotidien ? Qu'en est-il de l'électricité, de la nourriture, du poisson (on sait que pour les Japonais, le poisson compose 50% des repas). Y a t-il des tensions parmi tes concitoyens ? Est-ce que la vie a repris son cours ?

Le séisme a eu lieu le vendredi, mais la plupart des gens sont allés travailler lundi, et j'en faisais partie. Nous avons essayé de reprendre une vie normale le plus vite possible. Dans les jours qui ont suivi, le trafic ferroviaire a repris, même si le nombre de trains a été réduit pour économiser l'électricité. Pendant un moment, les femmes portaient des baskets, plus de talons hauts, mais elles ont vite repris là aussi leurs habitudes ! Beaucoup de restaurants ont souffert du manque de monde, les gens n'osaient plus sortir, et puis il y avait des blackout intempestifs. Mais très vite, les gens se sont dits : "sortons dépenser notre argent et relancer l'économie!" Pendant 15 jours, on ne trouvait plus certaines choses, bouteilles d'eau, papier toilette, lait, tofu... Mais maintenant tout est redevenu normal.

Le mois dernier (avril), Tsukiji, le principal marché aux poissons de Tokyo, très connu des restaurants de sushi, était complètement désert, mais maintenant les gens y retournent faire leurs achats. Certains s'inquiètent toujours des possibles radiations, mais pour la plupart des Japonais, c'est impensable de vivre sans manger du poisson. En fait, pas mal de gens s'inquiètent de la nourriture. Certains évitent de consommer de la viande, des légumes qui viennent de la région de Fukushima et des préfectures proches comme Tochigi, Ibaragi et Chiba, mais d'autres au contraire, achètent ces produits pour soutenir l'économie locale. A Tokyo, un magasin spécialement dédié à ces produits a même ouvert, des restaurants s'y fournissent en saké. D'ailleurs, on voit beaucoup de panneaux "Aidons Fukushima" en ville.switch.jpg

Dans notre quartier, il y a beaucoup d'étrangers. Pendant un mois, nous les avons à peine vus. Aujourd'hui, beaucoup sont rentrés au Japon, et Tokyo a repris son rythme ordinaire. Mais il y a des tensions dans l'opinion. Chaque semaine, il y a des manifestations. Je n'avais jamais vu autant de Japonais se rassembler et se battre pour la même chose. Il y a également eu un mouvement pour abaisser le niveau limite d'exposition aux radiations à Fukushima, en particulier pour les écoliers. Ce mouvement a récolté 30 000 signatures dans 60 pays différents, c'était incroyable.

Le gouverneur de Tokyo a dit que le séisme était une punition divine. Moi, je ne veux pas voir les choses ainsi, même si je pense que c'est bien un avertissement de la nature, et l'occasion pour nous de changer de style de vie.

 

-Fukushima a été classé "accident grave", aussi grave que Tchernobyl. Comment les médias japonais traitent-ils de la situation ? Penses-tu que les autorités disent la vérité aux Japonais ? S'informent-ils à ce sujet, pour trouver d'autres sources ?

Les médias japonais ne sont pas très tenaces, c'est le moins qu'on puisse dire. On dirait qu'ils jouent au baseball avec TEPCO ou les politiques. Je ne pense pas qu'ils nous mentent, mais ils ne nous disent pas tout. Heureusement, grâce à Internet, nous avons davantage de moyens d'accéder à l'information, mais bien sûr, il faut vérifier qu'elle soit valable.

 

-On dit que les Japonais ont leur façon à eux d'affronter de tels événements, un regard assez fataliste, accceptant les choses. Est-ce vrai, ou est-ce que la foi, la patience tendent à diminuer au fil du temps ? Pour ceux qui ont tout perdu, ce doit être très très dur, et on dit dans nos médias occidentaux que le gouvernement japonais ne fait pas grand chose pour eux, pour l'instant... Quelles sont tes impressions à ce sujet ?

Au cours de sa longue histoire, le Japon a souffert de nombreuses catastrophes naturelles : des séismes, des tsunamis, des typhons, des éruptions volcaniques... Nous savons que la nature peut être terrifiante. Ce séisme a été le pire jamais vu. Mais nous devons accepter cette réalité, et avancer.

Et puis, les Japonais ont cette idée d'une destinée commune. Les gens ne cherchent pas à se causer du tort. Dans la région de Tohoku, qui a été dévastée, cette "culture" a profondément marqué les gens, encore aujourd'hui. J'ai entendu qu'une vieille dame avait été secourue 3 jours après le séisme, et la première chose qu'elle a dit aux secouristes, c'était "désolée de vous causer autant d'embarras"... au lieu de "merci" !

Je suis assez étonnée par la patience des gens dans les zones sinistrées. Encore aujourd'hui, ils mangent peu et ils ont du mal à avoir de la nourriture. Dans certains endroits, c'est impossible de se laver tous les jours. Il y a des milliers de personnes qui dorment à même le sol des centres d'évacuation depuis 2 mois. Et pourtant, les gens se réconfortent et s'aident. C'est vraiment digne de respect. D'habitude, les Japonais sont fiers de leur pays au moment des JO ou de la coupe du monde de foot. Mais aujourd'hui nous avons réalisé à quel point le Japon pouvait être un beau pays, et beaucoup sont fiers d'être nés dans ce pays. C'est un sentiment très rare chez les Japonais depuis la Seconde guerre mondiale.

 

- Quel est ton ressenti par rapport à tout ça ?

peach.jpgPrès de deux mois sont passés depuis la catastrophe, mais je n'arrive pas à penser à autre chose. J'y pense tout le temps, et même des choses insignifiantes me font pleurer. Pourtant, ce que le tsunami et le séisme nous ont laissés, ce ne sont pas que des choses négatives. Nous avons à nouveau pris conscience de la valeur de la vie, de l'amour et de la famille. Cette expérience nous a montré à quel point c'était important de s'aider les uns les autres, quel était le pouvoir des gens, et le fait que nous n'étions pas seuls. Beaucoup de pays et de gens nous ont aidés, y compris des pays comme l'Afghanistan ou le Cambodge, alors qu'ils ont eux-mêmes d'immenses difficultés à gérer. Ces pays-là nous ont pourtant envoyé de l'argent. Quand on sait ce que ça représente pour eux, nous ne pourrons jamais assez les remercier d'être aussi bons pour nous. Je pense que nous n'oublierons jamais.

Personnellement, toute cette catastrophe m'a vraiment fait davantage penser à la nature. On dit que dans 40, 50 ans, il n'y aura plus de pétrole. Pour conserver notre style de vie, doit-on nécessairement opter pour l'énergie nucléaire ? Je pensais que c'était sûr. On n'a bien vu que rien n'était jamais sûr à 100%. Je ne pense pas qu'il soit trop tard pour réfléchir et trouver d'autres solutions plus sûres, pour nous-mêmes et pour les générations suivantes.

 

 

vendredi, 30 avril 2010

Montrez vos seins contre l'obscurantisme

Raccourcir sa jupe et montrer le corps glorieux que la Nature a (parfois) donné aux femmes, m'a toujours semblé la solution la plus drôle et percutante pour faire face aux obscurantistes de tous bords (j'ai bien dit : de tous bords) qui estiment qu'une femme se doit d'être discrète et effacée, voilée ou cachée, afin de ne pas corrompre les hommes et respecter les bonnes moeurs (en clair : ne pas déambuler comme une femme fatale dans la rue au risque de filer la gaule à tous les mecs qu'elle croise, ces messieurs semblant un peu mal à l'aise avec ça).

image-combat-34400.png

L'action individuelle s'est faite collective, grâce à l'initiative d'une jeune étudiante américaine en biologie. Celle-ci a trouvé, sans doute avec de nombreuses personnes dans le monde, que les réflexions de l'ayatollah Kazem Sedighi, imam de la prière du vendredi de Téhéran, sur les causes des catastrophes naturelles et des séismes, prêtaient à rire ou à pleurer. Je le cite :

"Les catastrophes naturelles sont le résultat de notre propre comportement".

"Beaucoup de femmes mal habillées" (ne respectant pas la tenue islamique, ndlr) corrompent les jeunes, et l'augmentation des relations sexuelles illicites fait accroître le nombre des tremblements de terre".

Toutes ces belles idées sont à lire ici sur la dépêche de l'AFP.

Notre étudiante, en bonne chercheuse, a donc décidé de faire l'expérience : Jennifer McCreight a invité toutes les femmes du monde à afficher des tenues à faire se damner un saint (jupes courtes ou décolletés, voire les deux pour les plus audacieuses) pour voir si ça faisait péter l’échelle de Richter. Elle a appelé ça ‘Boobquake’, le séisme de seins. Pas con, non? En tout cas, certains ont dû être ravis de l'initiative !

L'idée a été lancée mardi 26 avril. Le dernier séisme qui a frappé le Chili date, lui, du vendredi 23 avril. 3 jours avant donc. Impossible de mettre en cause l'exhibition de seins et de gambettes.

Pour lutter contre l'obscurantisme tout en satisfaisant vos tendances exhibo et votre envie de faire de votre collègue de bureau votre prochain plan cul, vous avez : la page Facebook, le T-Shirt, et même la chanson (ci-dessous).

Montrez vos seins que diable, c'est pour la bonne cause pour une fois!

 


vendredi, 03 octobre 2008

"Comment j'ai sauvé mon chien d'un requin" en direct sur CBS

Je vous ai raconté avant-hier l'histoire de ce charpentier retraité en Floride qui a mis une belle latte à un requin pour sauver son chien adopté. Si vous avez loupé l'épisode, ou que l'histoire vous intéresse, voici le héros et son chien, Greg Lenoir et "Jake", invités sur le plateau de Harry Smith sur la chaîne américaine CBS. Ils nous racontent tout !

mardi, 02 septembre 2008

"Siné Hebdo" : "un canard qui ne respecte rien et qui chiera dans la colle et les bégonias"

2060217127.jpgJe me réveille un peu tard, et je m'en veux, d'autant que l'information sera d'importance pour tous les lecteurs anars qui n'ont pas troqué le col Mao contre le col Armani : déçus de Charlie Hebdo, relevez la tête ! Car Siné, le dessinateur injustement viré par Val (toute l'histoire ici pour ceux qui étaient très loin en vacances), contre-attaque et en 3 semaines d'août, vient de bâtir un nouveau canard qui sortira le 10 septembre, tout simplement intitulé : "Siné Hebdo".

 

  • Siné Hebdo par son auteur

Ce sera tout simplement «un canard qui ne respectera rien» et qui «chiera tranquillement dans la colle et les bégonias sans se soucier des foudres et des inimitiés de tous les emmerdeurs». On est prévenus, et on se dit que l'esprit de Charlie, celui de "Bal tragique à Colombey : un mort", de toutes les impertinences, des égratignures qui n'épargnent personne, va peut-être revenir.

A la base, Siné donc, mais aussi Michel Onfray, Guy Bedos et Denis Robert, ancien de Libé. D'ailleurs, de nombreuses plumes célèbres viendront collaborer au journal, dont la porte reste ouverte, dixit ses fondateurs !

 

  • Quelles différences avec Charlie Hebdo ?

"Il n'y aura pas d'édito". Réponse de Catherine Sinet, épouse de Siné. CQFD.

Par ailleurs, pas de plumes de Charlie débauchées, bien que certaines se soient offertes paraît-il...De nombreux auteurs, des anciens de Groland, des comédiens, un correspondant à Jérusalem (pour un antisémite ça fout mal pourtant ;) ), et même un prof d'anarchie à l'université de Montréal...Niveau dessinateurs, la liste est longue, citons tout de même Geluck, MissTic (si si) et même Mix et Remix, dessinateur helvète connu.

 

  • A quand la sortie ?

Le mercredi 10 septembre, soit le même jour de sortie que Charlie Hebdo; au même prix (2 euros), 16 pages, avec un tirage à 150 000 exemplaires. Un système d'abonnement est évidemment possible (il paraît qu'un Irlandais, mis au courant des aventures de Siné par The Observer, a d'ors et déjà souscrit !). En couverture, un autoportrait enjoué du maestro sur le thème «Même pas mort». Le reste, on verra bien, tout fut concocté très tard lors des nuits aoûtiennes...

Et pour plus d'infos :

Le site provisoire du journal

Siné et son épouse revienne sur la chronique fatale et sur la genèse de "Siné Hebdo"

 

 

Le Meilleur du Photojournalisme à Perpignan

286108264.jpgDu 30 Août au 14 Septembre, Perpignan expose le travail de 27 photojournalistes parmi les meilleurs du monde. Des photos poignantes, belles, cruelles, simplement réelles, qui en disent long sur l'état du monde. Tout ça dans le cadre du "Festival Visa pour l'image", qui fête cette année ses 20 ans.

L'Express publie quelques diaporamas sur son site, qu'il ne faut vraiment pas manquer d'aller voir si l'on aime la photo ! Avec ce premier lien,

découvrez des photos d'événements récents (affrontements au Tchad, en Afghanistan, meetings d'Obama...), et avec ce lien-ci, des photos plus anciennes (allant jusqu'à la Seconde Guerre Mondiale), mais qui ont marqué le monde.

 

Pour aller plus loin :1088842703.jpg

 

Un article intéressant de 20 Minutes qui dresse un état des lieux du photojournalisme, visiblement malade...

Et dans un genre un peu différent, un très intéressant tour d'horizon des photos les plus controversées depuis près d'un siècle...Oscar Wilde dans des tentures exotiques, une Brooke Shields prépubère grimée en femme fatale, ou l'affreux visage d'Omayra Sanchez en Colombie en 1985 (la petite fille prisonnière des décombres après une éruption volcanique, dont l'agonie avait été suivie en direct par le monde entier), quelques photos parmi les plus troublantes jamais réalisées.

 

 

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu